Herbicide controversé – Le RoundUp connaît son premier procès

Publié

Herbicide controverséLe RoundUp connaît son premier procès

L'herbicide controversé de Monsanto fait l'objet d'un procès, aux États-Unis. Il s'agit de la première procédure qui aboutit, parmi les centaines engagées.

Le RoundUp contient du glyphosate, substance aux effets controversés.

Le RoundUp contient du glyphosate, substance aux effets controversés.

AFP/Robyn Beck

Le premier procès autour de possibles effets cancérigènes du RoundUp, l'herbicide controversé de Monsanto contenant du glyphosate, qui s'est ouvert cette semaine aux États-Unis, pourrait avoir des conséquences sur des centaines, voire des milliers de procédures judiciaires en cours. L'enjeu est donc crucial pour le géant de l'agrochimie.

À 46 ans, Dewayne Johnson est atteint d'un cancer en phase terminale. Selon lui, c'est à cause du RoundUp, qu'il a répandu à partir de 2012 pour désherber des terrains appartenant au district scolaire de Benicia, au nord-est de San Francisco, explique son avocat Timothy Litzenburg, qui représente des centaines de personnes s'estimant également victimes du glyphosate, une substance qui fait l'objet d'études contradictoires quant à sa dangerosité. Selon des médias américains, il existe des milliers de procédures en cours contre Monsanto aux États-Unis.

Monsanto nie tout lien de cause à effet

En 2014, M. Johnson a été diagnostiqué d'un lymphome, un cancer qui atteint les globules blancs, et «nous ne pensions pas qu'il vivrait assez longtemps» pour être présent au procès, poursuit l'avocat. En 2016, M. Johnson, qui n'est plus en état de travailler aujourd'hui, a déposé plainte contre Monsanto qu'il accuse d'avoir caché la dangerosité de son produit. Très utilisé dans le monde entier, le glyphosate a suscité une vive controverse scientifique. Elle s'appuie sur l'étude du Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, qui l'a classé «cancérogène probable» en 2015.

Le glyphosate est particulièrement controversé en Europe. L'Union européenne a décidé en novembre de renouveler la licence de l'herbicide pour seulement cinq ans. Monsanto, qui vient d'être racheté par l'allemand Bayer, a toujours nié tout lien entre maladie et glyphosate. La défense de M. Johnson n'a pas encore fixé le montant des sommes qu'elle compte demander à Monsanto, également connu pour ses semences OGM, elles aussi très controversées.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion