Secours au Luxembourg – Le SAMU sera encore renforcé en mai prochain

Publié

Secours au LuxembourgLe SAMU sera encore renforcé en mai prochain

LUXEMBOURG - Un 5e site du service d'aide médicale urgente sera opérationnel en mai 2020, après l'implantation d'une 4e base, en juillet dernier.

Le SAMU disposait déjà d'une 4e base depuis juillet dernier.

Le SAMU disposait déjà d'une 4e base depuis juillet dernier.

Editpress/Isabella Finzi

Une meilleure couverture territoriale et opérationnelle des appels d’urgence. C'est l'objectif affiché par le ministère de l'Intérieur, qui évoque ce mercredi dans un communiqué le lancement en mai prochain d'une 5e base du service d'aide médiale urgente (SAMU). «Ceci est la conséquence directe d’une population toujours en croissance», précise le ministère. Il sera assuré par la Luxembourg Air Rescue ASBL (LAR) et constitué d'un moyen héliporté stationné à l'Aéroport au Findel. En cas d'indisponibilité de l'hélicoptère (par exemple, des conditions météorologiques défavorables), l'équipage disposera d'une voiture SAMU du CGDIS qui pourra être positionnée dans un centre d'incendie et de secours du pays, selon les besoins opérationnels.

Pour rappel, le système du SAMU luxembourgeois avait déjà été renforcé en juillet dernier par une 4e base, stationnée dans une première phase auprès du centre d'incendie et de secours à Hesperange. «Un premier bilan de ce 4e vecteur a démontré une nette amélioration du taux de réponse, suite aux appels nécessitant une intervention du SAMU», se félicitait le CGDIS, en décembre, dans un communiqué.

Le nombre d'interventions a explosé

Jusqu'à juillet 2019 et depuis sa création, le SAMU pouvait intervenir depuis trois bases: à Luxembourg-Ville, Esch-sur-Alzette et Ettelbruck. L’équipage de chaque base SAMU se compose d’un médecin spécialiste en anesthésie-réanimation et d’un infirmier en anesthésie et réanimation.

Le service existe au Luxembourg depuis 1989. L'année suivante, il effectuait déjà 3 411 interventions à travers le pays. C'est pourtant deux fois moins qu'en 2018, avec un nombre d'interventions record qui a grimpé à 7 299. En trente ans, «la population est passée de 386 000 à 602 000 habitants» et «le nombre de frontaliers a quasiment quadruplé», rappelait en mars dernier Taina Bofferding, ministre de l'Intérieur. Mais selon elle, «le nombre de vecteurs SAMU n'avait pas été adapté» au fil du temps.

(ol/L'essentiel)

Ton opinion