Cofinancement du Luxembourg – Le satellite pour l'OTAN lancé en 2017?

Publié

Cofinancement du LuxembourgLe satellite pour l'OTAN lancé en 2017?

LUXEMBOURG - Si le cofinancement d'un satellite militaire par l'État et SES Astra se concrétise, le lancement pourrait avoir lieu dans trois ans, a annoncé ce jeudi Étienne Schneider.

SES Astra s'est engagé à hauteur de 50% aux côtés de l'État luxembourgeois si le projet se concrétise.

SES Astra s'est engagé à hauteur de 50% aux côtés de l'État luxembourgeois si le projet se concrétise.

Editpress

Le projet avait été annoncé en juillet dernier suite à une demande de l'OTAN, qui a sollicité ses pays membres pour cofinancer certains projets. Les dépenses militaires du Luxembourg pour l'OTAN se chiffrent actuellement à 0,4% du PIB et l'organisation prévoit un investissement financier égal à 2% du PIB par pays.

Le ministre de la Sécurité intérieure et de la Défense, Étienne Schneider, avait alors annoncé la participation aux investissements pour des satellites militaires, grâce à une coopération avec SES Astra, qui s'est engagé à hauteur de 50%.

«Les infrastructures de l’aéroport à disposition de l’OTAN»

Une nouvelle société devrait alors être créée, que l'État pourrait subventionner à hauteur de 50 millions d'euros. Le projet est encore à l’étude, mais s'il voit le jour, le satellite serait lancé en 2017, a annoncé le ministre, ce jeudi matin, aux députés des commissions des Affaires étrangères et de la Défense, de la Force publique et de l’Économie.

«Le ministre de la Défense a encore mentionné les autres efforts fournis à titre de contribution à l’OTAN: le gouvernement propose d’y faire figurer des travaux aux casernes du «Härebierg», ainsi que l’agrandissement des pistes de l’aéroport. Sans celui-ci, le Luxembourg risquerait de ne plus disposer d’aviation civile au cas où il devrait mettre les infrastructures de l’aéroport à disposition de l’OTAN», ajoute le site de la Chambre.

(L'essentiel)

L'approvisionnement en gaz russe évoqué

Ce jeudi matin, Étienne Schneider est également revenu sur les possibles sanctions énergétiques contre la Russie, suite au conflit qui l'oppose à l'Ukraine. Si 24% du gaz du Grand-Duché proviennent de Russie, le ministre de la Sécurité intérieure et de la Défense a précisé qu'il ne devrait pas y avoir de problèmes d'approvisionnement pour le pays.

Ton opinion