Cofinancement au Luxembourg – Le satellite pour l’OTAN sera lancé en 2018

Publié

Cofinancement au LuxembourgLe satellite pour l’OTAN sera lancé en 2018

LUXEMBOURG - La Chambre des députés devrait confirmer la semaine prochaine le cofinancement d’un satellite militaire par l’État et SES Astra.

Avec le satellite Goof Sat, la société SES Astra se voit offrir une belle opportunité de diversifier ses activités.

Avec le satellite Goof Sat, la société SES Astra se voit offrir une belle opportunité de diversifier ses activités.

Editpress

Annoncé depuis le mois de juillet, le satellite Gof Sat va passer du stade de projet à la réalité dès 2018. L’État et SES Astra vont s’associer début 2015 pour créer une joint-venture. Chaque partenaire injectera 50 millions d’euros dans la nouvelle société qui réalisera également un emprunt de 125 millions d’euros auprès d’un organisme de financement luxembourgeois. De plus, l’État s’engagera à acheter chaque année - et pendant dix ans - pour 10 millions d’euros de capacité pour répondre aux besoins de l’armée luxembourgeoise et l’OTAN.

«Nous souhaitons que les dépenses militaires du Grand-Duché, actuellement limitées à 0,4% du PIB, représentent 0,6% en 2020», indique Marc Angel (LSAP), président de la commission des Affaires étrangères et européennes. Il s’agirait ainsi d’un premier pas pour se conformer à l’objectif fixé par l’OTAN à ses pays membres (2% du PIB).

Une opportunité de diversification

Même si un long chemin reste à parcourir, le satellite Gof Sat pourrait être lancé en 2018, à partir d’un lieu restant à définir. Parmi ses utilisateurs potentiels, les pays membres de l’UE et de l’OTAN mais également des «clients» comme l’Australie, le Japon ou encore l’Afrique du Sud. Tout pays sous le coup d’une sanction internationale, quelle qu’elle soit, sera exclu de cette liste. Le Luxembourg conservera un droit de veto quant aux utilisateurs qui y auront accès.

Ce satellite devrait notamment être utilisé pour des missions de reconnaissance et d’observation. Il servira également d’appui logistique lors d’opérations militaires. L’État luxembourgeois table sur un retour sur investissement de l'ordre de 12% dans les années à venir. De son côté, la société SES Astra se voit offrir une opportunité de diversification vers le marché des satellites militaires.

(pp/L'essentiel)

Ton opinion