Au Luxembourg – Le sel, un poison pour arbres, sols, autos et routes

Publié

Au LuxembourgLe sel, un poison pour arbres, sols, autos et routes

LUXEMBOURG - Le sel aide à rendre les rues plus praticables. Mais il est très nocif pour l'environnement, et il existe des alternatives, explique l'association natur&ëmwelt.

Il existe des alternatives au sel sur la route.

Il existe des alternatives au sel sur la route.

Combattre le verglas et la neige avec du sel de voirie est non seulement facile et populaire, mais aussi coûteux. Le sel, qui aide à rendre chaussées et trottoirs moins glissants nuit à la nature, et aux voitures. Il ne reste pas sur la route, où il assure la sécurité routière, mais pénètre aussi dans la nature en circulant avec les eaux issues de la fonte de la neige et du verglas. Pourtant, il existe des alternatives qui seraient meilleures pour l'environnement, explique l'association natur&ëmwelt à L'essentiel.

En cas de verglas ou de chutes de neige, les communes et les Ponts et Chaussées sont tenus de garantir la sécurité des routes. Dans le privé, les règles communales et le code civil obligent les résidents à déneiger les trottoirs devant chez eux.

Pour les routes et chemins du Luxembourg, on utilise surtout le sel disponible dans le commerce, principalement à base de chlorure de sodium, c'est-à-dire de sel de table. «Le sel de voirie cause beaucoup de dégâts (voir encadré) et pas seulement pour l'environnement. C'est pourquoi les alternatives ont du sens tant dans le secteur privé que dans le secteur public», explique natur&ëmwelt.

«Le moins possible, autant que nécessaire»

Le déblaiement automatique des rues et l’utilisation de gravillons sans sel sont bien meilleurs pour la nature. L'association recommande du gravier, du sable ou des copeaux de bois au bon dosage. Ces produits peuvent être trouvés dans le commerce sous les labels environnementaux «Blue Angel» et «Nordic Swan».

Ces dernières années, les Ponts et Chaussées ont utilisé entre 20 et 30 tonnes de sel par hiver, et indiquent se servir d'un mélange avec du sel et 3% de graviers. Cependant, l'administration affirme que la protection de l'environnement est très importante pour elle. «Nos véhicules sont équipés des dispositifs les plus modernes, qui permettent d'ajuster la quantité de sel à la température et à la largeur de la route. Nous travaillons selon la devise "le moins possible, autant que nécessaire"», explique un porte-parole.

Mais, selon les Ponts et Chaussées, il n'existe pas d'alternative au sel pour les routes. «Si nous n'utilisions que du gravier, il faudrait des quantités 10 à 14 fois plus importantes. Et il obstruerait les canalisations d'eau, il faudrait l'enlever à grands frais».

(Sebastian Weisbrodt/L'essentiel)

Les effets négatifs du sel de voirie:

• Salinisation des sols

• Détérioration des éléments nutritifs des sols dont les plantes ont besoin

• Compression des sols

• Déshydratation des racines

• Augmentation du pH

• Brûlures sur les plantes

• Contamination des eaux souterraines et de l'eau potable

• Les métaux lourds peuvent plus se dissoudre dans l'eau

• Corrosion aux véhicules et sur les routes

• Inflammation des pattes d'animaux.

Ton opinion