Affaire Madoff – Le Sénat et le CIO ont été bernés par Luxalpha

Publié

Affaire MadoffLe Sénat et le CIO ont été bernés par Luxalpha

LUXEMBOURG - La liste de sociétés de gestion, de banques privées et d'institutions publiques ayant des fonds dans la Sicav de droit luxembourgeois a été dévoilée lundi par «La Tribune».

Voici la liste de quelques-unes des sociétés arnaquées par la Sicav Luxalpha, selon le quotidien La Tribune.

Voici la liste de quelques-unes des sociétés arnaquées par la Sicav Luxalpha, selon le quotidien La Tribune.

La Tribune/dr

Alors que les parquets de Luxembourg et de Paris ont ouvert chacun de leur côté une enquête pour faux et usage de faux contre la banque UBS Luxembourg, dépositaire de la Sicav Luxalpha, la liste de quelques-uns des investisseurs de ce fonds a été dévoilée. Des investisseurs qui ont été bernés par le système pyramidal mis en place par Bernard Madoff.

Selon le quotidien économique français La Tribune, parmi les sociétés flouées se trouvent ainsi le Sénat français, Téthys - NDLR: le holding de Liliane Bettencourt - ou bien encore le Comité olympique international. Un panel varié de sociétés de gestion, de banques privées, de holdings familiaux ou d'associations qui possédaient, en décembre 2008, lors de la chute du banquier new-yorkais, des placements dans Luxalpha. Des investissements pouvant aller de «quelques milliers de dollars à des dizaines de millions», précise le quotidien économique.

Pour expliquer la diversité et les montants parfois importants des sommes investies, la Sicav était présentée comme «un placement de "bon père de famille" avec des rendements de 7 à 8% l'an et un faible risque», assure La Tribune. À noter que sur les milliers d'investisseurs floués, seuls quelques-uns ont pu être indemnisés, la très grande majorité d'entre eux attendent toujours le retour de leur argent. Au Luxembourg, les tribunaux ont jusqu'à présent rejeté leurs demandes d'indemnisation en considérant qu'il appartenait aux liquidateurs des deux fonds d'investissement, aujourd'hui en faillite, de récupérer l'argent pour le redistribuer ensuite aux victimes de Madoff.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion