11-Septembre 2001 – Le serveur de la tour nord a enfin un visage

Publié

11-Septembre 2001Le serveur de la tour nord a enfin un visage

Deux victimes des attaques de New York n'ont pas leur portrait sur le Mur des visages du Musée du mémorial du 11-Septembre. Un employé a décidé d'y remédier.

Albert Ogletree a pris place.

Albert Ogletree a pris place.

(Courtesy of the 9/11 Memorial & Museum, Jin S. Lee)

Le doux regard et le sourire d'Albert Ogletree a enfin pris place sur le Mur des visages parmi les portraits des 2 977 victimes des attaques du 11 septembre 2001. Et ce, grâce à la ténacité d'un employé du Musée du mémorial du 11-Septembre. Grant Llera travaille depuis un peu plus d'un an sur le site de commémorations et avait un petit pincement au cœur quand il passait devant l'emplacement d'Albert Ogletree, serveur de la cafétéria située dans la tour nord.

À la place de son visage, une feuille de chêne en référence aux arbres plantés sur le site quelques années après le drame. «Cela m'a toujours dérangé, il y avait comme un trou dans leurs histoires qui avait besoin d'être comblé», a expliqué au Washington Post le trentenaire qui vit à New York.

Une petite feuille de chêne parmi les portraits.

Une petite feuille de chêne parmi les portraits.

(Courtesy of the 9/11 Memorial & Museum, Jin S. Lee)

Grant se met alors en quête du précieux cliché de l'homme dont il sait très peu de choses: seulement qu'il est né le jour de Noël 1951 et qu'il était originaire du Michigan. Après une courte enquête, il retrouve la belle-fille d'Albert mais celle-ci lui explique qu'il «était timide et qu'il n'aimait pas être photographié». De plus, il ne vivait plus avec sa famille au moment du drame. Il louait une chambre dans le Bronx, qui a sûrement été vidée sans ménagement.

Grant n'abandonne pas pour autant. Il pianote alors sur le site ancestry.com et retrouve la ville d'enfance du disparu: Romulus, près de Detroit. Il contacte le lycée local mais «il n'avait pas d'annuaires remontant aux années 60». Il est alors mis en relation avec une ancienne professeur de mathématiques qui passe toute une après-midi à éplucher une pile de vieux annuaires du lycée au musée historique de la ville. Et là, miracle, il apparaît: année 1966, Albert Ogletree n'a alors que 14 ou 15 ans.

«C'était un moment émouvant», a raconté l'enseignante. «Il avait parcouru les mêmes couloirs de lycée que moi et qui sait? Il a peut-être même été assis dans la salle dans laquelle j'enseignais le 11 septembre 2001». De son côté, Grant Llera était aux anges: «C'était tellement merveilleux d'avoir une photo de lui». Il demande confirmation à sa belle-fille, qui a trouvé «qu'il avait presque le même visage que dans son souvenir».

(Courtesy of the 9/11 Memorial & Museum, Jin S. Lee)
Grant Llera a planté un petit drapeau américain et la photo du serveur de la cafétéria sur le mémorial.

Grant Llera a planté un petit drapeau américain et la photo du serveur de la cafétéria sur le mémorial.

(Grant Llera)

Quand la photo a été enfin insérée parmi les autres, Grant s'est dit: «Nous l'avons fait mec!». Il lui reste une mission: redonner un visage à la dernière feuille de chêne. Antonio Dorsey Pratt est désormais le dernier à ne pas avoir de photo. Mais Grant Llera y travaille.

(mc)

Ton opinion

8 commentaires