Tour de Luxembourg – «Le Skoda-Tour, c’est ultrapratique pour nous»

Publié

Tour de Luxembourg«Le Skoda-Tour, c’est ultrapratique pour nous»

LUXEMBOURG – Des membres des équipes cyclistes participant au Tour de Luxembourg racontent leur quotidien parmi les coureurs.

Avant le départ chaque matin et au moment de l’arrivée chaque soir, de nombreuses personnes fourmillent autour des bus des équipes sur le Skoda-Tour de Luxembourg. Les staffs sont fournis, chacun étant généralement affecté à une tâche particulière.

Avant le départ des coureurs, Nicolas, mécanicien, vérifie un à un les vélos des coureurs de l’équipe Direct Energie. «Si l’on est bon, le travail a été fait avant, sourit-il. Là, je vérifie seulement que les vitesses passent bien et que tout soit bien propre». Il reste aussi près des coureurs qui s’échauffent, par exemple pour leur donner des serviettes ou des bidons.

Rassurer les troupes

À quelques encablures, autour du bus Cofidis, Laurent Duperron veille au bien-être des coureurs. Le médecin de l’équipe «vérifie le matin que tout va bien, qu’il n’y a pas de troubles digestifs ou de fièvre. Et bien sûr, il faut soigner les petits bobos», explique-t-il. Son rôle est facilité sur l’épreuve luxembourgeoise, car les coureurs dorment chaque nuit dans le même hôtel. «Les délais sont plus courts, ils récupèrent mieux, ce genre de course est très bien pour les coureurs». Un constat partagé par le mécanicien, Nicolas: «Le Tour de Luxembourg, c’est ultrapratique pour nous! Il n’y a pas de transfert, on peut être plus efficace».

Chez AquaProtect-Veranclassic, l’équipe d’Alex Kirsch, l’entraîneur Alexandre Abel, avoue, en plus de son rôle sportif, avoir pour mission de «rassurer» ses troupes. «Les coureurs ont besoin de réponses, notamment quand ils font de mauvaises performances». Selon lui, le cyclisme a développé «une approche très scientifique» avec les appareils de mesure, mais les coureurs ont toujours besoin d’avis et de conseils humains pour avancer.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion