Aux Etats-Unis – Le sous-marin accidenté de retour avec 11 blessés
Publié

Aux États-UnisLe sous-marin accidenté de retour avec 11 blessés

L’appareil américain avait percuté jeudi un objet non identifié en mer de Chine. L’équipage a accosté vendredi, dans une île américaine du Pacifique.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Le sous-marin nucléaire américain accidenté en mer de Chine méridionale est arrivé vendredi à Guam, île du Pacifique et territoire des États-Unis, avec 11 blessés à bord, dont deux plus sérieusement que les autres, selon une responsable américaine. Jeudi, l’US Navy avait annoncé que l’USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, avait «heurté un objet dans l’après-midi du 2 octobre alors qu’il naviguait en immersion dans les eaux internationales de la région indo-pacifique».

«C’était en mer de Chine méridionale», a précisé vendredi cette responsable ayant requis l’anonymat. «11 personnes ont été blessées et deux marins ont des blessures modérées, mais il n’y a pas de blessure mortelle et personne n’a dû être évacué en urgence», a-t-elle ajouté.

Cause indéterminée

La responsable américaine s’est abstenue de préciser si l’incident s’est produit en eaux profondes, invoquant des questions de «sécurité opérationnelle», et elle a noté que la cause de l’accident n’avait pas encore été déterminée. Le sous-marin sera évalué à Guam. La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y a construit des avant-postes militaires sur de petites îles et atolls tandis que les États-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans les eaux internationales de la région pour faire valoir leur droit à la liberté de navigation.

L’US Navy a ainsi annoncé vendredi que deux de ses porte-avions, l’USS Ronald Reagan et l’USS Carl Vinson, venaient de participer en mer des Philippines à un exercice naval avec le porte-hélicoptère japonais Ise et le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth. Cet exercice, qui a mobilisé 15’000 marins de six pays, «démontre la capacité de l’US Navy à coopérer étroitement avec un réseau inégalé d’alliés et de partenaires pour défendre une région indo-pacifique libre et ouverte», a affirmé la Navy dans un communiqué.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion