Covid-19 – Le spectre du reconfinement dans le Grand Est

Publié

Covid-19Le spectre du reconfinement dans le Grand Est

METZ - La situation sanitaire est à nouveau «préoccupante» dans la région frontalière du Luxembourg. La Moselle a dû transférer des patients.

La tension hospitalière s'est accrue dans le Grand Est.

La tension hospitalière s'est accrue dans le Grand Est.

AFP/Jean-christophe Verhaegen

La situation est «à nouveau préoccupante» dans le Grand Est, a indiqué l'Agence régionale de Santé, précisant «qu'aucun département n'échappe» à un taux d'incidence élevé. Pour autant, les dynamiques ne sont pas similaires. La Moselle et la Meurthe-et-Moselle, départements frontaliers du Luxembourg, demeurent dans une situation fragile mais stable avec 290 et 280 cas pour 100 000 habitants.

L'apport supplémentaire de doses de vaccins en Moselle lorsque la situation était critique en février a beaucoup aidé. 13,5% de la population a reçu au moins une première dose, plus que dans n'importe quel autre département de la région. En revanche, l'Aube enregistre un taux d'incidence de 444 pour 100 000 habitants. De quoi craindre la mise en place d'un confinement comme en région parisienne et dans une dizaine d'autres départements français.

Premiers transferts de patients en Moselle

Pour rappel, le gouvernement français a averti que d'autres régions pourraient être concernées par ce troisième confinement si les indicateurs sont au rouge. Le Grand Est pourrait-il en faire partie? C'est possible, considérant la «forte pression sur le système hospitalier». La région a atteint 135% de ses capacités initiales et des patients de Moselle ont dû être pris en charge dans les hôpitaux alsaciens.

Les autorités ont ainsi indiqué que la région Grand Est était «revenue au pic de novembre, avant le deuxième confinement» en termes d'hospitalisations. Entre samedi et dimanche, 19 nouveaux patients Covid ont été admis à l'hôpital en Meurthe-et-Moselle et 23 en Moselle.

(th/L'essentiel)

Ton opinion