Au Luxembourg – Le statut des stagiaires bientôt amené à évoluer

Publié

Au LuxembourgLe statut des stagiaires bientôt amené à évoluer

LUXEMBOURG - Les syndicats militent pour la mise en place d'un système de rémunération pour les stagiaires.

Une entreprise ne peut pas demander à un stagiaire le même rendement qu'à un salarié, selon un règlement grand-ducal.

Une entreprise ne peut pas demander à un stagiaire le même rendement qu'à un salarié, selon un règlement grand-ducal.

Un certain flou entoure le statut des stagiaires en entreprise. Annoncée depuis plusieurs années, la mise en place d'une réglementation est toujours en discussion, d'après le ministre du Travail, Nicolas Schmit (LSAP): «Un échange a eu lieu sur la création d’un statut propre aux stagiaires. Des propositions à ce sujet ont été faites. Elles pourraient servir de base».

Les discussions reprendront logiquement dans les mois à venir, selon les syndicats et organisations patronales. «Il faut relancer le débat, car le sujet n'a pas été approfondi», tance Christophe Knebeler, secrétaire général adjoint du LCGB. Au cœur du sujet, la question de la rémunération apparaît comme fondamentale. À l'heure actuelle, rien n'oblige une entreprise à payer ses stagiaires.

Les stages volontaires non conventionnés sont toutefois limités à trois mois pour éviter tout abus. «Il faut un système généralisé avec affiliation à la sécurité sociale et rémunération des stagiaires sur la base du salaire minimum par exemple», explique Christophe Knebeler.

Autant de revendications que partage l'OGBL, qui dénonce également un déficit de protection pour les stagiaires. «Certains sont utilisés comme main d'œuvre bon marché. La mise en place d'un quota de stagiaires par entreprise est à envisager», précise Jean-Luc De Matteis, secrétaire central.

Prudent, Nicolas Henckes, secrétaire général de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) pense «qu'il est difficile de mettre en place une règle générale pour tous les types de stage. Les besoins ne sont pas les mêmes d'un secteur à un autre».

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion