Des millions de milliards de calculs à la seconde: À quoi sert MeluXina, le superordinateur du Luxembourg?
Publié

Des millions de milliards de calculs à la secondeÀ quoi sert MeluXina, le superordinateur du Luxembourg?

BISSEN – Le superordinateur MeluXina fête son premier anniversaire, avec une visite, ce mardi, du Grand-Duc héritier et du ministre de l'Économie. En un an, MeluXina a déjà pas mal travaillé.

par
Jérôme Wiss
1 / 34
Voilà à quoi ressemble un «superordinateur».

Voilà à quoi ressemble un «superordinateur».

jw/L'essentiel
MeluXina a été inauguré à Bissen, il y a un an.

MeluXina a été inauguré à Bissen, il y a un an.

jw/L'essentiel
Le superordinateur a connu des pics à 18 pétaflops…

Le superordinateur a connu des pics à 18 pétaflops…

jw/L'essentiel

Quand on parle du superordinateur MeluXina, installé à Bissen, on ne parle pas simplement d'une version sous amphétamines de l'ordi de télétravail que vous avez installé dans le salon. Non, le superordinateur luxembourgeois, inauguré en juin 2021, occupe un peu plus de place que ça, sur un site de 5 000 m2. Et il dispose d'un peu plus de capacités, aussi, puisqu'il a pu effectuer jusqu'à 18 millions de milliards d'opérations de calculs en une seconde. Ce qui correspond à 18 pétaflops, ou, si vous préférez, un 18 suivi de quinze zéros. Une capacité qui en fait un des cinquante ordinateurs les plus puissants du monde.

L'ordinateur, qui fête son premier anniversaire, était en démonstration, ce mardi, pour le Grand-Duc héritier Guillaume et le ministre de l’Économie, Franz Fayot. L'occasion pour LuxProvide, en charge de l'exploitation de MeluXina, de faire le bilan de cette première année d'existence. Outre les projets de recherche publique, MeluXina est ouverte aux entreprises. «On a eu des contacts avec 200 entreprises de quinze secteurs économiques. Jusqu'à présent, entre une trentaine et une quarantaine de sociétés l'utilisent» et ont mené en tout plus de 60 projets sur le supercalculateur, se félicite Roger Lampach, CEO de LuxProvide.

MeluXina a un an

Le superordinateur MeluXina fête son premier anniversaire. (Video: MeluXina)

Mais alors, à quoi ça peut servir, un ordinateur de cette puissance? Chez SES Video, Ferdinand Kayser, conseiller stratégique du CEO, explique avoir recours à MeluXina pour ses satellites de 2e génération, pilotés par logiciel et très automatisés. Ils permettent la transmission de 8 400 chaînes de télé à plus d'un milliard de personnes dans le monde, diffusent, par exemple, plus de 620 heures de sports en direct par jour… Et pour accomplir ça, il faut que les satellites soient utilisés avec souplesse, en fonction des besoins. «Les algorithmes sont de plus en plus complexes», a expliqué Ferdinand Kayser. MeluXina permet «de calculer de vrais scénarios» de ce qui peut se passer dans l'espace, avant d'y envoyer les satellites. Et le superordinateur permet ainsi «d'éviter les interruptions de services satellitaires», grâce à ses performances de calcul.

La Grande Région dans le viseur

Autre enjeu, le changement climatique. Guy Schumann a lancé la start-up RSS-Hydro pour «aboutir à un futur plus durable et innovant». L'entreprise fait notamment de la collecte de données avec des drones et satellites pour créer des simulations des risques liés à l'eau. «On fait des cartes très optimisées, à très haute résolution et très haute précision pour faire des simulations sur les zones urbaines, à l'échelle d'une maison», explique Guy Schumann. Le modèle de simulation permet de connaitre la vulnérabilité des zones, savoir quel est le risque d'inondation. «Avec MeluXina, nous multiplions par dix la vitesse et la performance de calcul». Un gros gain d'efficacité, de précision. «Si une nouvelle zone résidentielle se construit, on peut faire une nouvelle carte du risque très rapidement», illustre Guy Schumann. «Assurances et communes peuvent utiliser nos cartes» qui prennent en compte le changement climatique dans le calcul du risque.

MeluXina doit à présent élargir son champ d'action à la Grande Région. «C'est une machine très performante et son utilisation ne se limitera pas au Luxembourg. On est en train de parler dans les trois pays voisins à différents acteurs» pour continuer le développement, indique Roger Lampach. «Pour le moment, le plus important est de faire connaître l'offre, qui est très limitée dans le monde. De grandes sociétés offrent cela, mais sinon, l'accès aux superordinateurs est limité à la recherche publique». Pas à Bissen, donc, où les entreprises peuvent utiliser MeluXina, pour un tarif qui demeure secret mais qu'on qualifie de «compétitif».

Ton opinion

10 commentaires