En France – Le suspect du meurtre de Chloé a été inculpé

Publié

En FranceLe suspect du meurtre de Chloé a été inculpé

Le Polonais de 38 ans, soupçonné du meurtre d'une fillette dans le nord de la France, a été inculpé vendredi pour "enlèvement, viol et séquestration suivie de mort", selon son avocat.

Zbigniew Huminski, 38 ans, avait été interpellé mercredi peu après la découverte du corps dénudé de la jeune Chloé, 9 ans, dans un bois de Calais. En garde à vue, il avait immédiatement reconnu son implication dans le décès. Aux enquêteurs, il avait expliqué s'être arrêté à Calais mercredi sur la route de l'Angleterre et avoir enlevé Chloé, après qu'elle l'eut arrosé avec un pistolet à eau. L'affaire a suscité une forte émotion en France. Une marche blanche en hommage à la fillette a rassemblé 5.000 personnes jeudi soir à Calais.

Un nouveau rassemblement est prévu samedi après-midi dans la ville portuaire, qui accueillera également les funérailles de l'enfant mercredi matin. Le parcours du Polonais a également suscité une vive polémique politique, qui se poursuivait vendredi. Le Premier ministre Manuel Valls a jugé «insupportable» que l'opposition de droite ait, selon lui, «profité de ce crime abominable, effroyable, abject, pour s'en prendre à la politique pénale du gouvernement». Le parti UMP de l'ancien président de droite Nicolas Sarkozy avait fustigé la veille «la politique de désarmement pénal» en matière de remise de peine, menée selon elle par le gouvernement socialiste.

Varsovie n'est pas responsable

Huminski a déjà été condamné à deux reprises en France: en 2004 à quatre ans de prison et en 2010 à six ans pour des extorsions avec violence, des vols aggravés et une séquestration ou tentative de séquestration. Sorti de prison en mars 2014, il avait été expulsé vers son pays qui le réclamait pour le juger pour des cambriolages commis en 2000. En novembre, un tribunal de Varsovie l'avait condamné pour ces faits à un an de prison, peine confirmée en appel le 27 mars. Mais il n'avait pas été immédiatement incarcéré.

La justice polonaise a exprimé vendredi ses regrets après l'«immense tragédie» survenue en France. Mais le tribunal de Varsovie «n'en porte aucunement la responsabilité, car il n'a manqué à aucune procédure» en ne l'incarcérant pas immédiatement, a déclaré sa porte-parole. La France n'avait pas fourni d'indications à la Pologne sur d'éventuels problèmes psychiatriques, a-t-elle ajouté. Le psychologue Christian Soenen, qui avait rencontré Huminski pour une expertise avant son procès de 2010, l'a décrit pourtant à l'AFP comme «un psychopathe dangereux, impulsif et imprévisible, avec un manque de regrets et de culpabilité et une forte intolérance à la frustration.»

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion