Coronavirus au Luxembourg – Le système de santé peut-il devenir saturé?
Publié

Coronavirus au LuxembourgLe système de santé peut-il devenir saturé?

LUXEMBOURG - Paulette Lenert, la ministre de la Santé, a reconnu que la surcharge des hôpitaux ou du système de tests étaient possibles. Tout en se montrant rassurante.

«Il n'y a aujourd'hui pas autant de personnes infectées au coronavirus dans les hôpitaux, par rapport au mois de mars», a souligné Paulette Lenert.

«Il n'y a aujourd'hui pas autant de personnes infectées au coronavirus dans les hôpitaux, par rapport au mois de mars», a souligné Paulette Lenert.

Editpress

Le système de santé pourrait être surchargé fin août, en raison de la crise actuelle. C'est en tout cas ce qu'indique Research Luxembourg, dans un rapport publié dimanche. Interrogée ce mercredi, Paulette Lenert, la ministre de la Santé, s'est voulue rassurante.

«Il existe toujours un risque, a-t-elle reconnu. Mais il n'y a aujourd'hui (NDLR: 59) pas autant de personnes infectées au coronavirus dans les hôpitaux, par rapport au mois de mars, explique-t-elle. Nous pouvons endiguer cette deuxième vague, grâce à la sensibilisation. Il est important de faire comprendre l'importance des gestes barrières, avec tous les moyens que l'on dispose». La réouverture de centres de soins avancés n'est donc actuellement «pas prévue», a-t-elle ajouté.

«Un pic de stress»

En parallèle, Jean-Claude Schmit, le directeur de la Santé, a aussi émis un signal d'alerte pour les système des tests, avec un risque de surcharge des labos. «Nous maîtrisons actuellement la situation, a affirmé Paulette Lenert. Mais on ne peut exclure une aggravation».

Jean-Claude Schmit, encore lui, avait aussi déploré en fin de semaine dernière que l'Inspection sanitaire n'était plus en mesure de rechercher les contacts des personnes infectées. «Il y a effectivement eu un pic de stress la semaine dernière, a reconnu la ministre de la Santé. Mais ce n'est plus le cas aujourd'hui et nous allons renforcer le service actuel. Tout dépend de toute façon si les personnes nouvellement infectées ont eu beaucoup de contacts. Dans ce cas-là, la situation est difficile à gérer».

Faudrait-il alors que le gouvernement lance une application de traçage («Corona warn-app», une appli de traçage allemande, est déjà active dans le pays)? «Une application ne pourrait pas remplacer le travail effectué par nos équipes, estime-t-elle. Nous arrivons à remonter le fil des contacts des personnes infectées de manière efficace».

(ol/L'essentiel)

Ton opinion