Finances au Luxembourg: «Le tabac assure 5% des recettes de l’Etat»

Publié

Finances au Luxembourg«Le tabac assure 5% des recettes de l’État»

LUXEMBOURG – Les recettes liées au tabac restent vitales pour le budget de l’État, d’après le bilan dressé jeudi par Yuriko Backes, ministre des Finances.

par
Joseph Gaulier
La consommation de tabac a diminué depuis la fin des années 2000, avant de rebondir depuis au moins deux ans.

La consommation de tabac a diminué depuis la fin des années 2000, avant de rebondir depuis au moins deux ans.

Vincent Lescaut

Scène inhabituelle à la Chambre des députés, jeudi: Gilles Roth a débuté en brandissant un paquet de cigarettes, citant même la célèbre marque. «Il coûte 5,50 euros au Luxembourg, 7 euros en Belgique, 7,70 euros en Allemagne et 10,50 euros en France», a listé l’élu, notant que «les prix ont beaucoup plus augmenté à l’étranger qu’au Grand-Duché, ces dix dernières années».

«Ce n’est pas un secret que les accises constituent des revenus importants, c’est une réalité historique», a déclaré Yuriko Backes, ministre des Finances. Elles assurent «5% des recettes de l’État», soit 1,075 milliard d’euros attendus cette année. La ministre rappelle que le tabac représente aussi «une industrie et des emplois au Luxembourg», tout en insistant sur «les objectifs de santé publique du gouvernement».

Lutte contre la contrebande

L’an dernier, 3,6 milliards de cigarettes ont été vendues et cela devrait monter à 4 milliards cette année, en plus des 4 950 tonnes de tabac en vrac, un record pour ces vingt dernières années. La consommation «a progressé pendant la pandémie», a déclaré Yuriko Backes, même si la Fondation Cancer a constaté un rebond dès 2019. En revanche, les achats de cigarettes étaient supérieurs jusqu’en 2009, avant diverses mesures antitabac.

Le niveau de taxation «augmente de manière régulière», la dernière datant de février, a affirmé la membre du gouvernement devant les députés. Le gouvernement veillerait même à maintenir l’écart de prix avec les pays voisins à un niveau «raisonnable», afin de limiter les risques de contrebande. Des actions sont menées contre ce fléau, notamment «un travail en coopération avec les douanes des autres pays», souligne Yuriko Backes, qui reconnaît qu’il «n’existe pas de solution miracle».

Une corrélation moins évidente

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

31 commentaires