Législation au Luxembourg – Le tabac déjà réllement interdit à tous les mineurs?
Publié

Législation au LuxembourgLe tabac déjà réllement interdit à tous les mineurs?

LUXEMBOURG - En vigueur depuis une semaine, les nouvelles mesures de la loi antitabac ne sont pas encore appliquées dans tous les points de vente.

Certains commerçants doivent encore se mettre à jour.

Certains commerçants doivent encore se mettre à jour.

L'essentiel

Depuis le 1er août, au Luxembourg, la vente de cigarettes et autres produits du tabac est interdite aux moins de 18 ans, contre 16 ans auparavant. Mais cette mesure, qui fait partie de la nouvelle loi antitabac, est encore loin d'être appliquée partout.

«Je pensais que c'était déjà le cas», lance l'employée d'une station-service de Differdange. À quelques pas de là, même son de cloche: «on n'a reçu aucune instruction. Nous pensions que l'interdiction valait encore pour les moins de 16 ans», explique l'assistant responsable d'un supermarché, en montrant les affiches placées au-dessus des caisses et indiquant toujours «- de 16 ans».

Deux mois pour s'adapter

Pourtant, les points de vente ont eu le temps de se mettre à jour, estime le ministère de la Santé, contacté par L'essentiel. Un délai de deux mois s'est en effet écoulé entre la publication de la loi au Journal Officiel et son entrée en vigueur «afin de laisser aux personnes concernées le temps de s'informer et de se mettre en conformité».

À Rombach, la frontière belgo-luxembourgeoise bien connue des fumeurs, la nouvelle législation semble mieux intégrée. «Nous avons mis de nouveaux autocollants aux caisses», explique le personnel de la station-service Aral. Non loin de là, le salarié d'un magasin d'alcool et de tabac est aussi bien informé: «même si cela ne changera rien car les jeunes trouvent toujours le moyen de contourner la règle, en demandant à des plus âgés d'acheter leurs cigarettes, nous avons eu la consigne de bien contrôler les cartes d'identité et de ne pas vendre aux moins de 18 ans», explique-t-il.

Pour les gérants moins proactifs, du matériel d'information officiel «est en cours de validation et sera bientôt distribué aux administrations communales, points de ventes de tabac et lieux publics concernés qui en font la demande», précise une porte-parole du ministère de la Santé. En cas de non-respect de la nouvelle disposition, les commerçants risquent une amende de 251 à 1 000 euros.

(jd/L'essentiel)

Ton opinion