Luxembourg – «Le télétravail au volant? Il faut sévir et rapidement»
Publié

Luxembourg«Le télétravail au volant? Il faut sévir et rapidement»

LUXEMBOURG - Des télétravailleurs qui utilisent leur téléphone alors qu'ils conduisent, le sujet fait bondir la Sécurité routière. Cette infraction coûtera 4 points sur le permis.

Le GSM au volant entraînera bientôt un retrait de quatre points sur le permis de conduire.

Le GSM au volant entraînera bientôt un retrait de quatre points sur le permis de conduire.

Editpress

Qui dit télétravail suppose un usage accru du GSM et des écrans, parfois dans des conditions qui ne s'y prêtent pas. Comme lorsqu'un salarié décide de profiter d'un trajet en voiture pour participer à une réunion en visioconférence...

De l'autre côté de la frontière, la Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) alertait sur les chiffres récemment compilés: 73% des télétravailleurs déclarent utiliser leur téléphone au volant et 15% l'utilisent plus qu'avant. «Le risque d'accident est multiplié par trois», précise la société concessionnaire. L'essor du télétravail n'y est pas étranger. Une réalité qui fait bondir Paul Hammelmann: «Si c'est également le cas ici, il n'y a qu'une seule solution: sévir et rapidement. C'est criminel!», lance le président de la Sécurité routière au Luxembourg, qui compte évoquer le sujet lors de la prochaine table-ronde au ministère de la Mobilité.

Le téléphone au volant, bientôt 4 points de moins

Difficile d'estimer si les automobilistes luxembourgeois sont plus ou moins responsables que leurs voisins en la matière, mais l'usage du téléphone au volant n'en demeure pas moins toujours plus problématique. «Cela pourrait devenir la première cause d'accidents majeurs si certains ne changent par leurs habitudes. Il faut une certaine discipline, y compris dans les bouchons», explique Paul Hammelmann, qui plaide pour «davantage de contrôles».

Actuellement en phase de test en Belgique, les caméras intelligentes chargées de repérer un automobiliste téléphonant au volant peuvent-elles constituer une solution? «Pourquoi pas, si cela fonctionne?», répond M. Hammelmann.

Toujours est-il que l'usage accru du GSM au volant «préoccupe» également le ministère de la Mobilité, qui ne lésine pas sur la sensibilisation. Une nouvelle campagne qui abordera notamment le risque «des écrans dans la voiture» sera ainsi lancée le jeudi 25 novembre, révèle le ministère à L'essentiel. Et puis, il y a le volet répressif. Annoncé de longue date, le passage de 2 à 4 points retirés sur le permis de conduire pour usage du téléphone portable au volant sera effectif à partir de l'année prochaine.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion