Coronavirus au Luxembourg – Le télétravail explose, les salariés satisfaits

Publié

Coronavirus au LuxembourgLe télétravail explose, les salariés satisfaits

LUXEMBOURG – Le travail depuis le domicile a fortement augmenté depuis le début de la crise, indique une étude du Statec. La majorité des personnes concernées en sont contentes.

Le télétravail a le vent en poupe, du fait de la crise en cours.

Le télétravail a le vent en poupe, du fait de la crise en cours.

Pixabay

Le télétravail n’a jamais été autant pratiqué que depuis le début de la crise du coronavirus. C’est ce qu’indique une étude du Statec, publiée ce mardi. Ce mode de travail a plus que triplé en ce début d’année, puisqu'il concerne 69% des actifs, contre 20% l’année dernière. Près de la moitié (48%) ont même été en télétravail complet, les 21% restants l’étant en alternance.

Pour les trois quarts des personnes actives (74%), le télétravail a été appliqué en raison de la crise sanitaire. Pour 17% des personnes concernées, le télétravail était occasionnel avant la crise, tandis que 8% le pratiquaient de manière régulière. C’est donc logiquement la situation exceptionnelle qui a incité les entreprises à éloigner leurs salariés du bureau. À noter que le télétravail est plus répandu chez les plus de 55 ans, «probablement parce que la vulnérabilité augmente avec l’âge», note le Statec.

Différences selon les secteurs

Les intéressés ne semblent pas s’en plaindre, 55% jugeant la pratique de manière positive. Pour 30% des interrogés, le bilan n’est ni positif, ni négatif, tandis que 15% perçoivent la situation actuelle comme un inconvénient. Cependant, «un quart des personnes en emploi affirment que leur sentiment de sécurité face à la stabilité de leur emploi s'est détérioré pendant le confinement», relève le Statec, sans que cette situation ne soit nécessairement liée au télétravail.

Évidemment, tous les secteurs ne sont pas concernés de la même façon par le télétravail. C’est dans l’enseignement que le télétravail a été appliqué de la manière la plus massive (74%). Suivent les services administratifs et financiers (61%) et l’administration publique (47%). Sans surprise, le taux ne dépasse pas les 50% dans les services de santé et la construction.

(jg/L'essentiel)

Ton opinion