Luxembourg: Le télétravail illimité pour les frontaliers français?

Publié

LuxembourgLe télétravail illimité pour les frontaliers français?

LUXEMBOURG/PARIS – La France réfléchit à un nouveau système permettant aux frontaliers de télétravailler de manière illimitée. Une petite révolution qui interroge le CSV au Luxembourg et suscite des critiques de l'opposition NUPES chez nos voisins.

par
Thomas Holzer
Le ministre français Bruno Le Maire (à g.) travaille sur un nouveau système pour les frontaliers français.

Le ministre français Bruno Le Maire (à g.) travaille sur un nouveau système pour les frontaliers français.

AFP

Mercredi, le Premier ministre Xavier Bettel confiait à L'essentiel la tenue de prochaines négociations sur le télétravail des frontaliers français, et, en filigrane, l'hypothèse d'élargir le nombre de jours de tolérance fiscale. Limitée à 29 jours, cette dernière sera bientôt élargie à 34. Avant une véritable révolution en la matière?

Dans les coulisses, la France réfléchit à un système permettant aux frontaliers de télétravailler de manière illimitée. C'est ce qu'ont révélé les députées NUPES Charlotte Leduc (3e circonscription de la Moselle) et Martine Etienne (3e circonscription de la Meurthe-et-Moselle) ainsi que le sénateur PS Olivier Jacquin, les trois élus s'interrogeant sur «un nouveau cadeau fiscal au Luxembourg».

Selon les explications que leur a fourni le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, la France souhaiterait «simplifier les démarches pour les entreprises luxembourgeoises via un acompte prélevé directement» par les finances publiques françaises. «Une compensation fiscale intergouvernementale» permettrait également aux frontaliers de pouvoir travailler de chez eux sans la moindre limite sur le plan fiscal.

Dimanche soir, le CSV s'est saisi de ces annonces interrogeant le gouvernement luxembourgeois sur les discussions engagées avec la France, ainsi que sur la position de la coalition. «Il est important de garder le télétravail à l'ordre du jour et de voir comment on peut améliorer le quotidien des gens qui viennent travailler au Luxembourg (…) Toujours le résultat d'un accord entre l'employeur et le salarié», avait répondu Xavier Bettel à L'essentiel.

ME (Ministère d'État)

En attendant plus de précisions sur les futures orientations, force est de rappeler que l'élargissement du télétravail des frontaliers ne dépend pas que de nouveaux accords sur le plan fiscal, mais également d'une évolution de la réglementation européenne en matière de sécurité sociale. À l'heure actuelle, un frontalier qui travaille plus de 25% de son temps dans son pays de résidence se retrouve de facto affilié à la sécurité sociale de son pays, et non plus à celle du Luxembourg.

Les élus de gauche en France craignent également «des risques de délocalisation» des entreprises françaises au Luxembourg et s'interrogent sur les coûts de la formation et le financement «des services publics essentiels à la vie des frontaliers».

Ton opinion

86 commentaires