Au Luxembourg – Le télétravail pour les frontaliers, une bonne idée?
Publié

Au LuxembourgLe télétravail pour les frontaliers, une bonne idée?

LUXEMBOURG - L'OGBL veut que les frontaliers puissent être en télétravail 25% du temps, au-delà des seuils en vigueur en temps normal.

Le quota de jours de télétravail serait aligné sur le seuil de 25% du temps en télétravail fixé par la sécurité sociale au niveau européen, soit 55 jours par an.

Le quota de jours de télétravail serait aligné sur le seuil de 25% du temps en télétravail fixé par la sécurité sociale au niveau européen, soit 55 jours par an.

Avec la crise sanitaire, le télétravail s'est imposé et a été facilité pour les travailleurs frontaliers grâce à des accords, afin que cela n'ait pas d'impact sur leur fiscalité et leur affiliation à la sécurité sociale.
L'OGBL demande que le quota de jours de télétravail, hors période de crise sanitaire (19 jours pour les Allemands, 24 pour les Belges et 29 pour les Français), soit aligné sur le seuil de 25% du temps en télétravail fixé par la sécurité sociale au niveau européen. Cela reviendrait à 55 jours par an.

«Cet élément est abordé au Conseil économique et social. D'autres éléments à considérer sont les besoins réels de télétravail post-Covid, l'impact sur les finances publiques et l'appétit de nos pays voisins pour de telles négociations», explique Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises.

«Pas si simple»

Les partis politiques s'accordent à dire que le télétravail a été bénéfique et qu'il faut le développer. «55 jours, cela permettrait de télétravailler un jour par semaine et d'avoir de la marge pour pallier les différents aléas», déclare Charles Margue (Déi Gréng). Pour Gilles Baum (DP), «un jour par semaine, ça serait déjà bien», mais «il faut avant tout fixer un cadre légal au télétravail».

Du côté de l'opposition, Martine Hansen (CSV) est «d'accord avec ce principe défendu par l'OGBL». «Nous soutenons leur revendication et demandons des accords de rétrocession fiscale et un allègement du système pour les employeurs et employés», confie Sven Clément (Pirates).

«Aligner le seuil fiscal sur le seuil de la sécurité sociale n'est pas si simple, indique le ministère des Finances. Il faut que l'on s'accorde avec les pays voisins sur une définition du télétravail au niveau fiscal».


(L'essentiel/ Marion Mellinger)

Ton opinion