Au Luxembourg – Le temps partiel est souvent un choix familial

Publié

Au LuxembourgLe temps partiel est souvent un choix familial

LUXEMBOURG - La part de l'emploi à temps partiel se situe toujours autour de 17% au Luxembourg, mais sa structure évolue.

Le secteur de la santé est le plus concerné par le temps partiel.

Le secteur de la santé est le plus concerné par le temps partiel.

De 17,4 à 17,9% en dix ans, la part des salariés travaillant à temps partiel n'a que très peu évolué au Luxembourg, selon les chiffres du Statec. Une stabilité qui masque de vraies différences concernant la répartition hommes-femmes. Historiquement haute comparée aux autres pays européens, la part des femmes travaillant à temps partiel (33,5%) diminue de cinq points en dix ans, alors que celle des hommes (5,1%) progresse de trois points.

À nuancer toutefois, la part des salariés hommes qui ne travaillent pas à temps complet reste toujours très loin de celle des Pays-Bas par exemple (22,4%). Une question de culture assurément, car les raisons qui poussent les personnes à choisir un temps partiel diffèrent fortement d'un pays à un autre.
En France, par exemple, le temps partiel est souvent subi (43,8%), contrairement au Luxembourg où seuls 14,8% des salariés en question disent «ne pas avoir trouvé de temps plein». Ici, la majorité (52 %) choisissent le temps partiel pour raison familiale.

Les métiers les plus concernés sont, sans surprise, ceux où les femmes sont majoritaires. Ainsi, dans le secteur de la santé et de l'action sociale, 38,5% des employés ne travaillent pas à temps plein. À l'inverse, les salariés exerçant à temps partiel ne sont que 4,7% dans le secteur de la construction.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion