«Le Tour de France n'est plus la plus grande course du monde»

Publié

«Le Tour de France n'est plus la plus grande course du monde»

Le vainqueur de la Grande boucle 1997, l'Allemand Jan Ullrich n'est pas tendre mercredi dans la presse avec l'épreuve qui l'a révélée au grand public.

Après avoir dû stoppé sa carrière suite à une affaire de dopage, le vainqueur 1997 de la Grande Boucle n'y va pas avec le dos de la cuillère sur l'épreuve reine du cyclisme. (afp)

Après avoir dû stoppé sa carrière suite à une affaire de dopage, le vainqueur 1997 de la Grande Boucle n'y va pas avec le dos de la cuillère sur l'épreuve reine du cyclisme. (afp)

"On ne peut pas dire que c'est la plus grande course du monde, si les meilleurs coureurs ne peuvent pas y participer. Pour moi, une victoire dans le Tour de France n'a plus la même signification qu'avant", a expliqué Ullrich dans un entretien au magazine Sport Bild paru mercredi.

"Ce n'est plus comme avant. Avant, les meilleurs étaient au départ et il y avait des favoris évidents alors que maintenant, tu as toujours des vainqueurs surprise", a souligné l'ancien leader de l'équipe T-Mobile, qui a mis un terme à sa carrière début 2007 en raison de son implication dans le réseau de dopage sanguin organisé par le Dr Eufemiano Fuentes.

Ullrich, seul Allemand à avoir remporté le Tour de France, a assuré qu'il ne regardera même pas les retransmissions télévisées et a regretté que son ancien coéquipier Andreas Klöden, dont il est toujours très proche, ne puisse pas participer avec son équipe Astana à l'épreuve. "Un Klödi et un Alberto Contador auraient pu se mêler à la course à la victoire", a-t-il souligné.

L'ancienne vedette du cyclisme allemand, âgé de 34 ans, a par ailleurs indiqué qu'il n'était plus monté "sur un vélo depuis un an". Il rêve toutefois d'organiser une course d'adieu contre son ancien grand rival, l'Américain Lance Armstrong, avec qui il assure être en contact. Cette course "serait une fête populaire, où les gens pourraient voir des anciens héros comme Ullrich, Armstrong et Miguel Indurain", a souligné l'Allemand qui a terminé à cinq reprises à la 2e place du Tour de France (1996, 1998, 2000, 2001 et 2003).

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion