Deconfinement au Luxembourg – Le tourisme «mettra plus de temps à s'en remettre»
Publié

Deconfinement au LuxembourgLe tourisme «mettra plus de temps à s'en remettre»

LUXEMBOURG - Durement touché par la crise, le secteur du tourisme doit repartir. L’économie et l’image du pays sont en jeu.

(de g. à dr.) Franz Fayot, ministre de l’Économie ; Lex Delles, ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme

(de g. à dr.) Franz Fayot, ministre de l’Économie ; Lex Delles, ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme

Emmanuel Claude

Même s’il est encore tôt pour dresser un bilan, le secteur du Tourisme «a été le premier touché par la crise liée au Covid-19», a estimé jeudi matin, Lex Delles. Et le ministre référent d’ajouter qu’il sera aussi le secteur qui «probablement mettra le plus de temps à s’en remettre». Si les professionnels ont pu, comme les autres, bénéficier très vite du chômage partiel, d’avances remboursables (ou non) et de garanties de l’État, de nombreuses structures associatives s’appuient aussi sur le bénévolat et ont souffert de l’arrêt brutal des activités. Pour elles en particulier, un plan de relance à hauteur de 3 millions d’euros a ainsi été validé. Une aide non remboursable qui sera répartie entre les ASBL et en fonction de leurs effectifs.

C’est l’une des mesures présentées par le ministre jeudi. «Une feuille de route ciblée permettra de développer le potentiel du Luxembourg en tant que destination touristique de premier choix», a souligné Lex Delles, rappelant une étude du mois de mars qui mettait en avant l’impact positif du tourisme sur l’image du pays, son économie, son patrimoine. Et tout cela est une base forte pour la relance du secteur post-confinement.

Repenser le tourisme business

Dans un premier temps, le Luxembourg doit miser sur le tourisme de proximité, ces visiteurs de pays voisins «qui peuvent venir en voiture». Depuis le début du déconfinement, la reprise dans les hôtels ou campings est encore timide mais «on s’attend à des réservations à court terme», selon le ministre Delles. C’est l’un des enjeux majeurs avec le tourisme business. «Il était en hausse ces dernières années mais le nombre de visiteurs professionnels devrait chuter cette année. Les conditions ont changé, il faut penser différemment pour faire du Grand-Duché une des meilleures destinations business», a glissé le ministre qui pense notamment à de nouveaux événements «hybrides» avec une large place au digital, des vidéos conférences, l’utilisation d’hologrammes...

Et pour entourer le tout, un nouveau label sanitaire sortira prochainement, avant l’été, destiné à «donner une sécurité, notamment aux visiteurs internationaux» en matière d’événementiel. «Stabiliser, adapter et promouvoir» le tourisme au Luxembourg, parce que son image et son économie en dépendent.

(L'essentiel)

Ton opinion