Gare de l'Est: Le trafic se rétablit plus vite que prévu, 3 TGV sur 4 circulent

Publié

Gare de l'EstLe trafic se rétablit plus vite que prévu, 3 TGV sur 4 circulent

Le trafic reprenait plus vite que prévu mercredi Gare de l'Est à Paris, au lendemain de l'«acte de sabotage» qui l'a mise à l'arrêt toute la journée mardi, les travaux de réparation ayant «bien avancé», selon la SNCF. Le retour à la normal est prévu jeudi matin.

Le trafic est nettement moins perturbé.

Le trafic est nettement moins perturbé.

AFP

«Les travaux de réparation des installations endommagées par l'incendie volontaire ont bien avancé cette nuit et se poursuivent ce mercredi», a indiqué le groupe public. Le trafic, lui, s'est amélioré depuis la mi-journée, avec 3 trains sur 4 pour le TGV Est. La journée avait commencé avec seulement 1 TGV sur 3 aux heures de pointe et 1 sur 2 en journée. Tous les TGV sont désormais à nouveau au départ et à l'arrivée de la Gare de l'Est, et non plus déroutés pour certains sur la Gare du Nord ou la Gare de Lyon. La circulation des trains devrait revenir à la normale jeudi matin.

L'incendie volontaire d'installations de signalisation et d'aiguillage à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), tôt mardi matin, a paralysé la Gare de l'Est toute la journée de mardi, obligeant la SNCF a annuler la quasi-totalité de ses trains, certains TGV étant déroutés vers d'autres gares. SNCF Réseau, qui a dénoncé un «acte de sabotage», a porté plainte et le parquet de Meaux a ouvert une enquête pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d'autrui.

Les auteurs connaissaient «forcément bien le réseau»

Selon des cadres de la compagnie ferroviaire interrogés par l'AFP, les auteurs connaissaient «forcément bien le réseau». Le parquet de Meaux a indiqué que des panneaux en béton condamnant l'accès à une trappe où se trouvait les coffret abritant les câbles électriques avaient été «retirés et déposés». En outre, «un portillon d'accès aux voies de la SNCF était ouvert sans aucune trace d'effraction».

Des câbles ont été brûlés.

Des câbles ont été brûlés.

AFP

AFP

Interrogé sur RTL, l'ancien secrétaire général de l'Unsa ferroviaire, Roger Dillenseger, n'a pas exclu que cet acte soit l'œuvre d'agents SNCF. Le syndicat SUD-Rail «ne soutient pas les actes isolés qui détruisent notre outil de travail», mettant en garde dans un communiqué «sur des raccourcis, qui pourraient être faits, par celles et ceux qui voudraient utiliser et discréditer la colère dans ce pays».

Interrogé sur franceinfo mercredi, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a affirmé qu'il n'y avait à sa connaissance «aucun lien» entre le mouvement social en cours et ces dégradations, et invité à «faire attention à ce genre de raccourcis». «Quand il y a ce genre de délits il y a des sanctions forcément», a-t-il opiné.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires