En 2018 – Le travail, «priorité absolue» de la Chambre

Publié

En 2018Le travail, «priorité absolue» de la Chambre

LUXEMBOURG – Le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, a mis l'accent sur les grands chantiers à finaliser, lors de la présentation des vœux 2018, lundi.

Le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo (cravate rouge) a fixé les priorités du Parlement luxembourgeois en 2018.

Le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo (cravate rouge) a fixé les priorités du Parlement luxembourgeois en 2018.

Editpress

À neuf mois des élections législatives, la réception du Nouvel An de la Chambre des députés avait forcément une saveur particulière. Qu'il s'agisse ou non de sa dernière comme président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo s'est fendu d'un message mobilisateur annonçant des mois de travail chargés: «Le travail à la Chambre doit être une priorité absolue. Il sera intense jusque fin juillet-début août, avec environ 42 séances publiques, une centaine de commissions et une panoplie de textes à voter».

Parmi les plus importants, la réforme des services de secours, de la police mais aussi l'abolition des fabriques d'église, sans oublier le droit de la famille (filiation, divorce). De grands chantiers donc, et des débats que Mars Di Bartolomeo souhaite constructifs, «à base de fairplay et d'échanges d'arguments, et non de polémiques».

23 débats publics

Il s'est félicité de l'ouverture de la Chambre des députés vers les citoyens avec de nouvelles formes de participation démocratique, rappelant pour l'occasion que 23 débats publics avaient été organisés suite aux lancements de pétitions. Soucieux des problématiques internationales, le président de la Chambre des députés a appelé à combattre les fléaux qui menacent la planète (terrorisme, changement climatique) sans pour autant «sombrer dans le défaitisme», mais réservant une pique au président américain Donald Trump, «qui fait de la politique en 140 caractères sur Twitter en discutant de boutons atomiques avec un dictateur».

Volontairement optimiste, et puisque les échéances électorales «n'influent en rien» son engagement, le président de la Chambre des députés a conclu en prenant d'ores et déjà rendez-vous pour les vœux de l'année prochaine...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion