Araignée: Le «vampire à huit pattes» va-t-il s'installer aussi au Luxembourg?

Publié

AraignéeLe «vampire à huit pattes» va-t-il s'installer aussi au Luxembourg?

LUXEMBOURG - L'araignée Nosferatu se déplace du sud vers l'Europe centrale. Des spécimens pourraient tôt ou tard arriver chez nous. Le point avec des experts au Grand-Duché.

par
Miriam Meinecke

L'Allemagne a actuellement une petite star médiatique à huit pattes: l'araignée Nosferatu. Ceux qui l'ont déjà croisée savent que l'animal n'est pas si petit que ça. «Elles peuvent avoir un diamètre de deux centimètres et une envergure de six centimètres», explique Lieke Mevis, de l'ASBL natur&ëmwelt. Au Luxembourg, cet animal assez imposant pour nos latitudes s'est toutefois fait rare jusqu'à présent: officiellement, il n'y a eu qu'une observation confirmée par photo - et cela remonte déjà à deux ans.

«On ne peut pas dire s'il s'agit d'une araignée qui a voyagé avec nous ou si elle fait partie d'une population fixe que lorsqu'il y aura plus de données», explique Mme Mevis. «En général, l'araignée Nosferatu est en train de gagner du terrain», confirme Alexander Weigand, du musée national d'Histoire naturelle. Il est certes possible que des populations au Luxembourg soient tout simplement passées inaperçues jusqu'à présent, mais il est également possible qu'il n'y ait pas encore de voie de propagation naturelle jusqu'ici, comme on l'observe actuellement le long de la vallée du Rhin.

«Cela ne veut pas dire que ça ne peut pas arriver un jour», estime-t-il. Via la Moselle, notamment.

Le fait que l'araignée migre aussi loin vers le nord est dû au réchauffement climatique, comme l'explique Lieke Mevis: «Ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle n'arrive ici aussi». L'animal est en effet originaire de la région méditerranéenne. Jusqu'à présent, elle a généralement été observée dans des maisons.

«Elle a certes un nom dangereux, mais ce n'est pas le cas», veut rassurer la spécialiste de natur&ëmwelt, son venin est tout aussi inoffensif pour l'homme et peut au pire provoquer une allergie. De plus, l'araignée ne mord que si on la provoque. La sensation est celle d'une légère piqûre de guêpe. Il peut y avoir un gonflement, une douleur pendant quelques heures, des démangeaisons et un gonflement.

Ne la tuez pas

L'araignée peut avoir un impact plus important sur l'écosystème, mais il est difficile de le dire à l'heure actuelle. «Il y a des espèces, comme le frelon asiatique, qui supplantent les originales, dit Lieke Mevis, d'autres ne font rien du tout». Le problème, c'est que la plupart du temps, on ne s'en aperçoit que «lorsqu'il est trop tard», explique-t-elle encore. Même si cela s'avérait être le cas pour l'araignée Nosferatu, il n'y aurait pas grand-chose à faire, car contrairement au frelon mentionné, l'araignée n'est pas une espèce sociale dont on peut détruire les nids.

«De plus, il n'existe pas de poison qui ne tue qu'une araignée particulière. On ferait alors plus de mal que de bien à l'écosystème». En fin de compte, c'est le cours du changement climatique: «Certaines espèces vont se déplacer ou s'éteindre».

Celui ou celle qui apercevrait le deuxième ou le troisième spécimen au Luxembourg peut le signaler à la plateforme inaturlist.lu. Il s'agit de la base de données avec laquelle travaillent également le musée d'Histoire naturelle et natur&ëmwelt. Et si l'on ne veut pas avoir une araignée découverte dans son appartement, on peut simplement la relâcher dehors avec un verre et du papier, explique Alexander Weigand.

Ton opinion

5 commentaires