Black Records – Le vinyle fait son retour en force au Luxembourg

Publié

Black RecordsLe vinyle fait son retour en force au Luxembourg

LUXEMBOURG - Pas
de doute, le 33 tours connaît une seconde jeunesse sur le marché du disque.

«Il y a cinq ans, le vinyle était mort. Cette nouvelle vague est une résurrection». L'enthousiasme de Fabrice, créateur du magasin Black Records à Luxembourg, suscite la curiosité. L'industrie du disque a clairement changé. Deux publics coexistent. Celui tourné vers radio et téléchargement, et une bonne poignée de fans de musique qui ne peuvent se passer de leur «galette noir».

«Ceux-ci préfèrent un vinyle à un CD. C'est une question de toucher, mais aussi de hype. Écouter des 33tours, c'est devenu branché». Fabrice est formel, ses client sont de plus en plus jeunes. «On a tous les âges et tous les styles. Des nostalgiques de la grande époque aux jeunes fans d'électro et de rock. D'ailleurs, les gars d'Eternal Tango, de Metro et d'Inborn passent souvent ici!». Les vinyles représentant 30% des ventes de la boutique, Black Records ne peut donc faire l'impasse sur CD et DVD. Mais même le prix plus élevé des 33 tours (18/30 euros) n'endigue pas la dynamique vers les «skeuds».

Thomas Holzer

La Rockhal accueille la Foire internationale aux disques, à Esch-Belval, dimanche, de 11 à 16h. Entrée: 5 euros.

Ton opinion