Projet de construction – Le voile est levé sur le nouveau stade national

Publié

Projet de constructionLe voile est levé sur le nouveau stade national

Livange accueillera en 2013 ou 2014 le futur stade national. Le projet a été présenté, jeudi, au siège de la fédération.

Les deux anciens internationaux luxembourgeois, Jeannot Krecké, ministre des Sports, et Paul Philipp, président de la Fédération luxembourgeoise de football, ont levé le voile avec émotion, jeudi, sur le projet de construction du nouveau stade national. D'une capacité d'environ 10 000 places, il devrait être terminé pour la saison 2013/2014 et coûtera, à lui seul, près de 25 millions d'euros.

Inspiré notamment de l'enceinte de Neufchâtel en Suisse (12 000 places), il sera construit par le groupe Becca sur une surface de 15 hectares à Livange, sur la commune de Roeser , en bordure de l'A3 , et à proximité de la ligne CFL Luxembourg-Bettembourg. Un arrêt sera d'ailleurs créé.

Un club résident

Des commerces seront intégrés au projet pour aider à rentabiliser le tout. L'enceinte dotée d'un toit protégera le public de la pluie. Outre les rencontres de l'équipe nationale ou la finale de la Coupe de Luxembourg, le nouveau stade pourrait un jour accueillir un club résident.

«C’est un moment historique», a déclaré Paul Philipp en préambule de son intervention, jeudi, au siège de la Fédération luxembourgeoise de football. Entouré de Jeannot Krecké, ministre des Sports, Tom Jungen, bourgmestre de Roeser, Jean-Jacques Schonckert, vice-président de la fédération et Robert Schuler, du ministère des Sports, a précisé que si le stade de Neufchâtel était une source d’inspiration par sa taille ou ses infrastructures, le stade national ne serait pas une copie conforme de l’enceinte suisse qui est, elle, placée en pleine ville.

Bien desservi

Jeannot Krecké a pour sa part délivré de nombreux détails sur le projet et expliqué les raisons du choix du site de Livange. «Le site a un accès direct à l’autoroute et une liaison ferroviaire à proximité. L’endroit est situé entre le centre et le sud du pays, une zone accessible en peu de temps par la population. Il sera possible d’intégrer des commerces au projet. Dans des branches peu représentées (jardinage) ou des éléments uniques (zone horticole, Outlet Mall) et des activités complémentaires comme des magasins de sport, des infrastructures sportives à utilisation privée, ou une salle de fitness.

Le site bénéficie également du passage d’environ 110 000 personnes quotidiennement. Le terrain disponible fait 15 hectares appartenant à un nombre restreint de propriétaires ou qui participeront selon une convention. Il sera possible d’intégrer d’autres infrastructures sportives à ce projet qui ne provoquera pas de nuisances spéciales pour des quartiers d’habitation et n’ira pas à l’encontre de plans environnementaux locaux».

Plus de confort

Jeannot Krecké a révélé que près d’une quinzaine de sites ont été répertoriés et analysés. Six possibilités étaient offertes par la ville de Luxembourg (Stade Josy-Barthel actuel, Hollerich, Merl, Hamm, aéroport, Midfield (Gasperich), Kockelscheuer), quatre communes se sont déclarées candidates (Bettembourg, Mondercange, Leudelange et Differdange), trois autres sites étaient enfin possibles (Niederanven, Haebicht (Garnich) et les «Lentilles terres rouges» à Esch.

Pour le ministre des Sports, la capacité d’accueil du nouveau stade accordera une réserve suffisante pour recevoir de grandes rencontres. «On ne remplira pas le stade à chaque match. Mais nous aurons la réserve suffisante pour de très grandes rencontres face à la France ou le Portugal par exemple.

De plus, le fait que le public soit moins exposé au froid et à la pluie avec le toit augmentera certainement l’affluence moyenne pour les matches de l’équipe nationale. Avec plus de confort, il sera plus facile de venir en famille», a-t-il expliqué.

La page Josy-Barthel sera bientôt tournée.

Nicolas Martin

Ton opinion