Face aux critiques – Léa Seydoux «assume son côté bourgeois»
Publié

Face aux critiquesLéa Seydoux «assume son côté bourgeois»

L'actrice française règle ses comptes avec ses détracteurs, qui pensent qu'elle n'est qu'une privilégiée.

Léa Seydoux a expliqué qu'elle n'avait jamais essayé d'être quelqu'un d'autre.

Léa Seydoux a expliqué qu'elle n'avait jamais essayé d'être quelqu'un d'autre.

AFP/Valery Hache

Léa Seydoux n'a pas sa langue dans la poche quand il s'agit de défendre son honneur. Venant d'une famille aisée, la petite-fille du directeur des cinémas Pathé constate que beaucoup de gens considèrent que sa carrière a été facilitée par ses proches. De plus, le fait d'avoir déclaré, en mai dernier, qu'elle avait «fait l'école de la rue» en avait agacé plus d'un.

La comédienne de 31 ans a donc décidé de pousser un coup de gueule et de remettre les choses au clair. «Peut-être que les gens pensent le contraire, mais j'assume mon côté bourgeois. Je n'ai jamais essayé d'être quelqu'un d'autre. Je n'essaie pas de jouer la pauvresse», s'est énervée Léa dans Elle. La jeune femme est consciente qu'elle a une image publique. «Je suis donc critiquée, montrée du doigt. On m'attaque sur un sujet auquel je ne peux rien. Je n'aurais pas le droit de m'exprimer sous prétexte que je porte ce nom? Ça, je refuse. J'ai envie d'être qui je suis et de dire ce que je veux».

Larguée à l'école

Ce caractère bien trempé, Léa le tient de sa mère, Valérie Schlumberger. «Elle se fiche du regard des autres. C'est une forme de confiance en soi qu'elle nous a transmise», explique l'actrice à l'affiche du film «Juste la fin du monde», de Xavier Dolan, le 21 septembre .

De plus, pour Léa, devenir actrice était son seul objectif quand elle était ado. Et ce même si elle se disait maladivement timide. «C'était le cinéma ou rien, je n'avais pas de plan B», se souvient-elle. Il faut dire que la blonde n'était pas faite pour les études. «Je n'a jamais réussi à rentrer dans le système scolaire. J'ai toujours été larguée, depuis l'enfance». Par chance, à l'âge de 18 ans, la belle a pu faire ses premiers pas prometteurs sur le grand écran.

(L'essentiel/Ludovic Jaccard)

Ton opinion