L’alu est toxique: Lécher le couvercle d’un yaourt est-il dangereux pour la santé?

Publié

L’alu est toxiqueLécher le couvercle d’un yaourt est-il dangereux pour la santé?

L’aluminium sert d’emballage à de nombreux aliments, y compris à l’opercule des yaourts. Faut-il s’alarmer de sa toxicité?

Le fabricant est tenu de fournir un emballage dont les composants ne puissent pas nuire à la santé des consommateurs.

Le fabricant est tenu de fournir un emballage dont les composants ne puissent pas nuire à la santé des consommateurs.

Angela Lumsden/Stocksy

Nous ingérons chaque jour une grande variété de produits nocifs. On les trouve un peu partout et l’aluminium en fait partie. Ce métal est un poison: ses effets toxiques portent essentiellement sur le système nerveux central (encéphalopathies, troubles psychomoteurs) et sur le tissu osseux. Sachant que l’opercule des yaourts est en aluminium, est-il dangereux de le lécher? 

«Le couvercle peut libérer de l'aluminium dans les aliments, explique Steffi Schluechter nutritionniste à la Société suisse de nutrition. Toutefois, la majeure partie de l'aluminium que nous absorbons est éliminée par les reins.» Ce métal se dissout et libère surtout des composants lorsqu'il entre en contact avec des aliments acides ou salés. De fait, on ne doit pas conserver de la nourriture dans une barquette ou du papier d'aluminium pendant plusieurs jours.

Léchez-vous le couvercle de vos yaourts ?

Comme dans de nombreux cas, la quantité ingérée est déterminante. Donc, a priori, pas de souci avec l’opercule que beaucoup d’entre nous aiment lécher. Au Luxembourg, selon le Commissariat du gouvernement à la qualité, à la fraude et à la sécurité alimentaire, les exploitants du secteur alimentaire veillent à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution dans leurs entreprises, à ce que les denrées alimentaires répondent aux prescriptions de la législation alimentaire applicables à leurs activités et vérifient le respect de ces prescriptions.

Dans les conditions normales ou prévisibles de leur emploi, les matériaux et objets entrant en contact avec les denrées alimentaires ne cèdent pas aux denrées alimentaires des constituants en une quantité susceptible de présenter un danger pour la santé humaine, d'entraîner une modification inacceptable de la composition des denrées ou d'en altérer le goût ou la couleur. Toutefois, des enquêtes européennes relèvent régulièrement des dépassements de ces valeurs dans les produits de la grande distribution.

(Luise Faupel/L'essentiel)

Ton opinion

5 commentaires