Brésil – L’ennemi public numéro un abattu par la police
Publié

BrésilL’ennemi public numéro un abattu par la police

Après vingt jours de chasse à l’homme, un détenu en cavale soupçonné d’avoir décimé une famille de quatre personnes a été tué lundi à Brasília.

Lazaro Barbosa, 32 ans, a été abattu lundi par la police brésilienne après vingt jours d’une chasse à l’homme. Transporté à l’hôpital, il y aurait succombé à ses blessures.

Lazaro Barbosa, 32 ans, a été abattu lundi par la police brésilienne après vingt jours d’une chasse à l’homme. Transporté à l’hôpital, il y aurait succombé à ses blessures.

REUTERS

Un détenu en cavale soupçonné d’avoir assassiné quatre personnes d’une même famille au Brésil a été tué lundi par la police après 20 jours d’une chasse à l’homme digne d’un film hollywoodien près de Brasília, ont annoncé les autorités locales. Une vidéo passée en boucle sur les chaînes de télévision brésiliennes montre des policiers sortir le corps ensanglanté de Lazaro Barbosa, 32 ans, du coffre d’une voiture noire, le traînant légèrement sur la terre rouge avant de le placer dans une ambulance.

Les agents se congratulent ensuite, souriant et levant les bras au ciel en signe de victoire. «Je félicite les policiers héroïques qui ont mis fin à la terreur semée par le marginal Lazaro, qui a humilié et assassiné des hommes et des femmes de sang-froid. Le Brésil vous remercie. Les victimes de Lazaro Barbosa n’ont pas eu de deuxième chance», a tweeté le président Jair Bolsonaro. «Bravo à nos forces de sécurité, Goias n’est pas un Disneyland pour les bandits», a déclaré pour sa part Ronaldo Caiado, gouverneur de Goias, État voisin de Brasilia où l’homme le plus recherché du Brésil a été localisé par les policiers lundi matin.

Deux évasions

Le secrétaire à la Santé de Goias, Rodney Miranda, a expliqué au cours d’une conférence de presse que le tueur présumé avait ouvert le feu sur les policiers, qui ont riposté. «Il est arrivé en vie à l’hôpital» mais a succombé à ses blessures, a-t-il précisé. Rodney Miranda a ajouté que les autorités étaient encore à la recherche de suspects qui auraient aidé le tueur pendant sa cavale.

Natif de l’État de Bahia (nord-est), Lazaro Barbosa avait été incarcéré une première fois en 2011 pour viol. Il s’est évadé en 2016, a été repris, avant de s’échapper à nouveau en 2018. Il est devenu l’ennemi public numéro un quand il a été soupçonné du meurtre de quatre membres d’une même famille assassinés à coups de couteau à Ceilandia, dans le district fédéral de Brasília.

«Le diable en personne»

La chasse à l’homme avait débuté le 9 juin, avec près de 300 policiers mobilisés, des hélicoptères, des drones et des chiens renifleurs. Les recherches se concentraient dans la région de Cocalzinho de Goias, une petite ville nichée au cœur du Cerrado, la savane brésilienne, à 75 km de Brasília.

Pendant plus de trois semaines, les habitants étaient terrorisés et les rumeurs les plus folles avaient circulé: certains l’appelaient le «tueur en série de Brasília», d’autres disaient qu’il était «le diable en personne» ou «pire que la pandémie de Covid» qui a fait plus d’un demi-million de morts au Brésil. La semaine dernière, la police avait arrêté un fermier accusé d’avoir caché le tueur présumé pendant cinq jours.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion