Au Luxembourg – «Les 75 salariés de l'hôtel Mercure pris en otage»

Publié

Au Luxembourg«Les 75 salariés de l'hôtel Mercure pris en otage»

LUXEMBOURG - Le propriétaire du fonds de commerce du Grand hôtel Mercure Alfa assure qu'il veut poursuivre l'activité. Mais ni l'OGBL ni les salariés n'y croient.

Editpress

Une semaine après la fermeture administrative du Grand hôtel Mercure Alfa, l'incertitude demeure auprès du personnel. «Les gens sont très inquiets et malheureusement, je n'ai pas pu les rassurer au vu des informations à ma disposition», confessait, vendredi, Romain Daubenfeld de l'OGBL.

Le propriétaire du fonds de commerce, Rolphe Reding, en litige avec les propriétaires des murs et le groupe Accor s'accroche et assure, par la voix de son avocat, qu'il fera tout pour maintenir les salaires. Ceux du mois de mars, en tout cas, sont en principe assurés.

Confusion

Mais la situation des collaborateurs reste toujours aussi confuse. Liés par leur contrat de travail, ils ne peuvent pas encore chercher un autre job. «Si rien ne se passe ce week-end, aussi bien du côté de Rolphe Reding que des propriétaires suisses ou du groupe Accor, nous allons demander la résiliation des contrats de travail pour faute grave de l'employeur. Aujourd'hui, ce sont toujours les 75 salariés qui sont pris en otage par cette histoire», avançait vendredi Romain Daubenfeld. De quoi permettre au moins au personnel de voir ailleurs et de passer à autre chose.

Des trois acteurs engagés dans cette triste comédie humaine, aucun ne semble véritablement et sincèrement faire cas des salariés qui subissent pourtant de plein fouet les conséquences de cette guerre ouverte. Aujourd'hui, il reste encore deux planches de salut. Soit, Rolphe Reding dépose le bilan, soit les velléités de rachat de l'hôtel par le groupe Accor se concrétisent rapidement. Reste à savoir dans quelles conditions la reprise se fera, et surtout dans quels délais?

(Patrick Théry/L'essentiel)

Ton opinion