Solidarité – Les aidants doivent être mieux formés et informés

Publié

SolidaritéLes aidants doivent être mieux formés et informés

REMICH - La Copas souhaite la mise en place d'une «formation initiale» pour les proches de personnes dépendantes.

Après une première entrevue le 20 mars dernier, la Confédération des organismes prestataires d'aides et de soins (Copas) a une nouvelle fois rencontré le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider (LSAP), hier, à Remich, au sujet de la réforme de l'assurance dépendance.

Cette assurance instaurée en 1999 est abondée pour partie par tous les actifs et retraités luxembourgeois à hauteur de 1,4% de leurs revenus professionnels et du patrimoine. Elle s'adresse aux personnes en situation de dépendance qui ont recours aux services d'un prestataire privé ou d'un tiers (dans 94% des cas un membre de la famille) pour l'accomplissement de tâches quotidiennes. La Copas, dont la cinquantaine de membres représentent 11 000 salariés, dont 7 200 au seul secteur de l'accompagnement, milite pour que les aidants dits informels puissent, en plus de leur rétribution, bénéficier d'un suivi dans leur parcours.

Marc Fischbach, président de la Copas, s'est prononcé en faveur de la mise en place «d'une formation initiale», par le biais de cours du soir par exemple. Il souhaite aussi une «meilleure coopération» entre aidants informels et prestataires privés, ainsi qu'un «contrôle qualité» de l'action de ces premiers. La réforme s'intéressera à leur statut et à leur rémunération.

Selon les derniers chiffres, 12 840 personnes sont bénéficiaires de l'assurance dépendance, soit deux fois plus qu'en 2000. Seulement 20% des aidants sont déclarés.

(Pierre Théobald/L'essentiel)

Ton opinion