Au Luxembourg – Les aides au logement seront plus généreuses
Publié

Au LuxembourgLes aides au logement seront plus généreuses

LUXEMBOURG - L’aide au logement, qui repose sur la même loi depuis 1979, va être réformée pour lutter contre la flambée des prix. Entre autres.

La réforme vise à s’adapter à la conjoncture, à la «flambée des prix» dans l’immobilier, et à mettre à jour la loi actuelle en vigueur depuis 1979.

La réforme vise à s’adapter à la conjoncture, à la «flambée des prix» dans l’immobilier, et à mettre à jour la loi actuelle en vigueur depuis 1979.

Un système plus simple et des aides «plus généreuses et équitables». Voilà pour synthétiser ce que permettra la nouvelle loi encadrant l’aide au logement. Une réforme qui vise à s’adapter à la conjoncture, à la «flambée des prix» dans l’immobilier, et à mettre à jour la loi actuelle en vigueur depuis le 25 février… 1979. C’est ici l’une des promesses de l’accord de coalition qui se concrétise. L’objectif du ministère du Logement est simple, permettre l’accès à ces aides individuelles au plus grand nombre de résidents «vulnérables».

La liste des modifications est longue et le projet complexe. «Mais juste», répond le ministre du Logement, Henri Kox. Retenons que pour l’aide à la location, le taux d’effort maximal passe de 40 à 50%. Pour bénéficier de la subvention de loyer, il ne sera plus nécessaire de présenter trois mois de revenu. Et le ministère assure que la loi va élargir le «cercle des locataires éligibles». Idem pour les aides pour accéder à la propriété, la garantie d’État, par exemple, sera ouverte désormais a près de 80% de la population. Pour la prime d’accession à la propriété, elle sera déterminée en fonction du revenu net et la durée de résidence obligatoire est réduite de dix à deux ans.

Plus de logements abordables!

Enfin, la prime d’épargne, qui «incite les futurs propriétaires à faire un effort indispensable pour se constituer un capital de départ», a été complètement revue: elle représentera 10% de l’épargne annuelle, pour atteindre un maximum de 5 000 euros sur dix ans. Cette réforme des aides individuelles devrait peser 62,5 millions d’euros sur la seule année 2023 pour le ministère du Logement, contre 35,6 millions sur le même poste en 2020.

Cette nouvelle loi veut aussi dépoussiérer 40 ans de construction du parc de logements abordables, et le dynamisera. Les aides à la pierre seront renforcées, un ménage sur deux sera ainsi éligible pour les logements en location abordable, jusqu’à 70% pour les logements en vente à coût modéré. Le rôle du bailleur social sera «reconnu et mis en valeur» pour piloter au mieux la gestion locative des logements abordables.

Une mission d’utilité publique selon le ministère du Logement. Pour soutenir financièrement ce volet spécifique au parc de logements abordables, le gouvernement devrait dépenser 239 millions d’euros en 2023, soit 66% de son budget sur l’année. C’étaient 200 millions de moins en 2015.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion