Coronavirus – Les anti-inflammatoires, un facteur aggravant?
Publié

CoronavirusLes anti-inflammatoires, un facteur aggravant?

Les professionnels de la santé auraient constaté que l'état de santé de patients jeunes et sains atteints du coronavirus se détériorerait très vite après la prise d'Ibuprofène.

Le ministre français de la Santé Olivier Véran a mis en garde ce samedi contre la prise d'ibuprofène chez les personnes infectées par le coronavirus, pendant que la France se calfeutrait pour tenter de freiner l'épidémie, dont l'ampleur est impossible à prédire.

«La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol. Si vous êtes déjà sous anti-inflammatoires, ou en cas de doute, demandez conseil à votre médecin», a indiqué le ministre. L'ibuprofène, vendu sous ce nom et diverses appellations commerciales (comme l'Advil et le Nurofen), est en effet susceptible d'aggraver des infections déjà existantes, avec de grosses complications éventuelles.

Dans un état grave

C'est d'ailleurs pour cette raison que depuis la mi-janvier, il n'est plus vendu en libre service dans les pharmacies en France. C'est le cas aussi de l'aspirine, ainsi que du paracétamol (Doliprane, Efferalgan...) qui, lorsqu'il est pris à des doses trop élevées, peut lui-même provoquer de graves lésions du foie, parfois mortelles.

Plusieurs médecins ont évoqué des cas de patients du Covid-19 jeunes et sans comorbidités, qui se retrouvent dans un état grave après avoir pris de l'ibuprofène contre leur fièvre.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion