Table ronde – Les automobilistes du Grand-Duché trop gâtés?

Publié

Table rondeLes automobilistes du Grand-Duché trop gâtés?

«Mobilité: quelles perspectives pour le Grand-Duché et la Grande-Région à l'horizon 2030?». Élus et chercheurs ont tenté de trouver une réponse.

«En termes d'automobiles, il faut bien le dire, les automobilistes luxembourgeois sont trop gâtés». Le professeur Heiner Monheim, chercheur dans le domaine de la mobilité à l'Université de Trèves, n'y va pas par quatre chemins. À l'occasion d'une table ronde sur le thème de la mobilité au Luxembourg et dans la Grande-Région à l'orée 2030, il s'est attaqué sans détour à la politique du «tout-voitures» du Grand-Duché.

«Le Kirchberg en est un exemple parfait. À un moment, il faut savoir faire preuve de courage et remplacer ces grands parkings par des parcs arborés», a-t-il lâché tout en exhortant le ministre du Développement durable et des Infrastructures, Claude Wiseler, mais aussi le député vert François Bausch, présents tous les deux, à passer à l'action. En réaction, le député écolo a rétorqué que la Ville transportait chaque année 31millions de passagers sur son territoire, presque autant que les CFL dans tout le pays (40 millions).

Représentant le conseil régional de Lorraine, le Vert Daniel Béguin a lui expliqué qu'en 2030 un grand nombre de Lorrains devront toujours prendre leur voiture pour aller travailler au Luxembourg. «Il n'est pas possible de mettre 75 000 personnes dans les trains dans un délai d'une heure et demie matin et soir», a-t-il assuré.

Patrick Théry

Ton opinion