« Les autorités publiques exigent le respect de critères sociaux et environnementaux »

Publié

« Les autorités publiques exigent le respect de critères sociaux et environnementaux »

Mike Mathias, président d'Etika, publie un ouvrage sur les investissements socialement responsables. Explications avec un spécialiste.

Qu’est-ce qui caractérise un investissement socialement responsable?

Un investissement socialement responsable (ISR) se caractérise par le fait qu'il élargit les critères de sélection d'actifs d'une base exclusivement financière pour prendre en compte des critères sociaux et environnementaux. Ces critères peuvent être soit d'exclusion (pas de fabricants d'armes par exemple), soit d'inclusion (sélection de sociétés ayant un engagement plus fort que d'autres du même secteur dans une politique de réduction des gaz à effet de serre par exemple).

La place luxembourgeoise est très dynamique. En quoi les ISR représentent-ils une opportunité pour le pays?

La place financière luxembourgeoise se situe juste derrière les États-Unis dans le métier de la gestion des fonds de placement. 75 % des fonds de placement enregistrés sont transfrontaliers. Il est donc essentiel qu'elle se positionne sur le secteur des fonds ISR. En effet, celui-ci est en croissance constante en Europe, car en phase avec les attentes exprimées par les investisseurs privés comme institutionnels (les fonds de pension). Comme les questions environnementales liées au réchauffement de la planète et sociales engendrées par la dérégulation des flux de capitaux sont inévitables, les ISR retiennent donc progressivement leur intérêt.

Le succès des ISR ne se cantonne-t-il pas à un phénomène de mode «éthique»?

Non, car c'est l'option choisie par nombre de fonds de placement sous mandat public. Ces fonds nécessitent de fait une vision de rentabilité de long terme, comme ceux destinés à proposer un complément de retraite aux fonctionnaires d'un État. De plus en plus d'autorités publiques exigent le respect de critères sociaux et environnementaux dans la sélection des actifs les composant. Les montants de leurs encours sont significatifs : le premier fonds public mondial, le fonds de pension du gouvernement norvégien - il avoisine les 260 milliards d'euros d'encours - est intégralement sous mandat de gestion socialement responsable.

Vous publiez un guide des ISR au Luxembourg. Les investissements présentés comme socialement responsables le sont-ils vraiment?

Comme nous le précisons dans notre guide, il n'existe pas de critère déterminant de façon absolue ce qui fait un ISR. Etika milite pour que les autorités luxembourgeoises s'emparent de la question de la détermination de critères transparents et le contrôle de ceux-ci par les pouvoirs publics comme l'ont fait les Pays-Bas. Cette mesure a accéléré la maturité du secteur et a obtenu le soutien total des banques privées néerlandaises. Nous précisons en détail dans notre guide les critères qui, pour nous, font qu’un investissement est socialement responsable.

Quelles sont les informations à vérifier quand on se voit proposer un ISR pour s’assurer que c’en est vraiment un?

La première chose à vérifier selon nous est la qualité de l'information que le promoteur du fonds - le plus souvent une banque - diffuse à ses investisseurs. Quels sont les critères de sélection des entreprises retenues, comment sont-ils concrètement appliqués? Il est aussi capital de savoir si le promoteur confie à une structure indépendante le rôle de sélectionner les actifs et de contrôler les procédures de cette sélection, pour éviter les conflits d'intérêt avec les autres métiers du promoteur du fonds.

Ton opinion