Question de société – Les avortements, une question encore délicate

Publié

Question de sociétéLes avortements, une question encore délicate

LUXEMBOURG - Le nombre réel des avortements pratiqués au Luxembourg reste une parfaite inconnue.

Les seules IVG recensées au Luxembourg (600) sont celles pratiquées par le Planning familial.

Les seules IVG recensées au Luxembourg (600) sont celles pratiquées par le Planning familial.

Editpress

«Les demandes d'interruption volontaire de grossesse (IVG) ont, selon mes sources, augmenté considérablement ces derniers temps: plus de 15% en 2012 par rapport à 2011», s'inquiète le député DP Alexandre Krieps dans une question parlementaire. «C'est n'importe quoi!», nous répond, en réaction, Danielle Igniti, présidente du Planning familial. «On ne peut pas conclure à une hausse ni même à une baisse, car aucune statistique n'existe sur les avortements pratiqués au Luxembourg. Ceux-ci n'étant pas repris dans la nomenclature (NDLR: liste des actes médicaux)».

Les seules IVG répertoriées sont celles pratiquées au Planning: «Environ 600 en 2012. Et il est évident qu'elles sont en augmentation car, avant 2009, nous n'en pratiquions pas. Nous ne pouvions que rediriger les femmes qui s'adressaient à nous vers l'étranger». La présidente du Planning rejoint le député sur le besoin de transparence.

«Des discussions sont en cours avec les différents partenaires pour savoir s'il faut inclure les IVG dans la nomenclature. Les parties sont très divisées». Mais pour le Planning c'est oui. «Il nous faut de la visibilité. Ne fût-ce que pour savoir si une mesure comme le remboursement de la pilule pour les jeunes a eu une incidence sur le nombre d'IVG».

Séverine Goffin

Ton opinion