Etude PwC – Les banques préparent la fin du secret bancaire

Publié

Étude PwCLes banques préparent la fin du secret bancaire

LUXEMBOURG - Les banques privées luxembourgeoises sont à la croisée des chemins. Elles doivent préparer «l'après 2015» qui verra la fin du secret bancaire.

PwC a mené une étude auprès de 200 institutions bancaires réparties dans plus de 50 pays, dont quinze au Luxembourg.

PwC a mené une étude auprès de 200 institutions bancaires réparties dans plus de 50 pays, dont quinze au Luxembourg.

Editpress

Pour François Génaux, associé et responsable des activités de conseil pour le secteur financier chez PwC Luxembourg, les enjeux sont clairs : «Pour gérer les problématiques liées à la transparence fiscale et la pression sur les prix, les banques privées doivent non seulement revoir l'ensemble de leur base client mais aussi investir massivement dans leurs systèmes pour rester à la fois rentables, en règle et compétitives au niveau des services».

L’étude de PwC «Global Private Banking and Wealth Management Survey» menée auprès de 200 institutions réparties dans plus de 50 pays, dont le Luxembourg où quinze institutions ont participé représentant un portefeuille de 122 milliards d’euros (soit 40% des actifs de la gestion privée au Grand-Duché ), fait ressortir cinq axes d’évolutions majeurs : la préparation à la levée du secret bancaire, des marchés et des clients en pleine mutation, le développement de nouvelles compétences pour les gestionnaires, de nouveaux outils pour l’interaction numérique, et le soin d’une image qui répond aux attentes éthiques.

Mieux placé que la Suisse, Hong Kong et Singapour?

Selon l’étude PwC, les banques privées installées sur la place financière rencontrent - pour 56% des participants à l’étude - des difficultés pour retenir leurs gestionnaires les plus compétents, notamment au vu des nouvelles exigences réglementaires et des conséquences en termes de bonus et d’incitations financières. Toutefois, les participants luxembourgeois à l’étude estiment que les coûts annuels des mises en conformité seront mieux maîtrisés au Luxembourg que dans d’autres centres financiers comme la Suisse, Hong Kong et Singapour.

Pour ce qui est du développement de services et la mise en œuvre de nouvelles technologies, 88% des banques luxembourgeoises déclarent avoir pour objectif de développer leurs offres sur tablettes et téléphones mobiles dans les deux ans. Face à ces défis, PwC Luxembourg se veut toutefois optimiste: «C’est dans un contexte de transparence fiscale que les banques luxembourgeoises peuvent désormais entrevoir l’avenir», conclut Rima Adas, associée et responsable des services dédiés au secteur financier.

(L'essentiel Online)

PwC Luxembourg

PwC Luxembourg est le premier cabinet de services professionnels au Luxembourg, employant 2 300 personnes originaires de 57 pays différents. La firme fournit ces conseils à une clientèle très variée allant des entrepreneurs locaux et des PME aux grandes multinationales ayant leurs activités au Luxembourg et dans la Grande Région.

Clientèle des banques privées

Au Luxembourg, 23% des clients des banques privées sont des entrepreneurs, et 21% des gestionnaires d’entreprise familiale. Les fonctionnaires ne représentent quant à eux que 1%, comme les agriculteurs. Les clients types sont plutôt des hommes (74%) de plus de 65 ans (39%). La banque privée perd également peu à peu ses «petits clients» au profit de grandes fortunes.

Ton opinion