Ouragan: Les Bermudes retiennent leur souffle avant le passage de Fiona

Publié

OuraganLes Bermudes retiennent leur souffle avant le passage de Fiona

Les Bermudes se préparaient vendredi au passage du puissant ouragan de catégorie 4 Fiona qui a semé la destruction dans les Caraïbes.

Les vagues de Church Bay, le 22 septembre 2022.

Les vagues de Church Bay, le 22 septembre 2022.

AFP

Les chaises longues et les parasols sont rangés, les devantures de magasins calfeutrées, et le faisceau du phare donne à voir des nuages qui filent en accéléré. Face aux bourrasques et aux vagues de plus en plus puissantes, les habitants des Bermudes se sont réfugiés chez eux à la tombée de la nuit.

L’œil de l’ouragan Fiona devrait passer à 160 km à l’ouest de l’archipel vers 05 h 00 (08 h 00 GMT) vendredi, selon les services météorologiques des Bermudes, et pourrait alors avoir été rétrogradé en catégorie 3.

«Cet ouragan va être pire que le précédent», redoute Richard Hartley, propriétaire d’un commerce dans la capitale, Hamilton, tout en apposant des plaques de métal sur les fenêtres de sa boutique avec l’aide de son épouse.

En raison de la taille et de la force de l’ouragan, l’heure était à la prudence. «J’encourage tout le monde à se préparer de manière adéquate à cette tempête», a tweeté le Premier ministre David Burt. «Prenez soin de vous et de votre famille.»

L’ouragan est formé de vents soufflant jusqu’à 210 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami. Aux Bermudes, tout petit archipel de 64’000 habitants, Fiona doit apporter de la pluie et provoquer une montée du niveau des eaux, avec «de grandes vagues destructrices», a indiqué le NHC.

«On doit vivre avec»

Le territoire, situé à un millier de kilomètres des États-Unis et habitué aux ouragans, est l’un des lieux les plus isolés du monde, ce qui rend toute évacuation quasi impossible en cas d’urgence.

«On doit vivre avec parce qu’on habite ici», explique JoeAnn Scott, qui travaille dans un commerce à Hamilton. Les habitants «tentent de le prendre comme ça vient. Et prient», a-t-elle ajouté.

Le long de la célèbre plage de Horseshoe Bay, certains observent les vagues agitées. D’autres profitent des conditions exceptionnelles pour faire du kitesurf. «Ils sont un peu fous», note Gina Maughan, venue se dégourdir les jambes une dernière fois avant une longue nuit d’attente.

En raison de sa situation géographique, l’île principale prend donc les préparatifs au sérieux même quand elle ne s’attend pas à de vastes dégâts. Beaucoup des bateaux amarrés dans des clubs ont été retirés de l’eau cette semaine et le mobilier d’extérieur, dans les maisons comme dans les restaurants, a été amené à l’intérieur.

Les établissements scolaires seront fermés vendredi et le gouvernement a annoncé l’ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence. La circulation des bus et des ferries a été suspendue jeudi soir.

Le ministre de la Sécurité nationale Michael Weeks a appelé les habitants à rester chez eux jusqu’à ce qu’un feu vert leur soit donné. «S’il vous plaît, ne conduisez pas, ne vous aventurez pas dehors pour prendre des photos, n’ayez pas d’attitude imprudente», a-t-il lancé lors d’une conférence de presse.

Stocker l’eau de pluie

En plus de stocker nourriture et bougies, des Bermudiens remplissaient des seaux avec l’eau de leurs réservoirs. L’île ne comptant pas de source d’eau douce, tous les bâtiments ont des réservoirs pour stocker l’eau de pluie, raccordés aux maisons par un système électrique. Et puisque des coupures de courant peuvent se produire pendant les tempêtes, les habitants remplissent souvent leurs baignoires ou des seaux en prévision.

Ici, immeubles et maisons doivent en outre respecter des règles de construction strictes pour résister aux tempêtes. «Les constructions sont vraiment faites pour durer, et nous ne voyons jamais la dévastation que les Caraïbes vivent au fil des ans», a dit l’épouse de M. Hartley, Elaine Murray.

Fiona a provoqué la mort de quatre personnes à Porto Rico, territoire américain, selon un responsable cité par les médias. Un décès a été rapporté en Guadeloupe et deux en République dominicaine.

Le président américain Joe Biden a déclaré l’état d’urgence à Porto Rico, qui se remet à peine du passage de l’ouragan Maria il y a cinq ans.

La Fema, l’agence fédérale chargée de la prise en charge des catastrophes naturelles, compte envoyer des centaines de membres supplémentaires de son personnel à Porto Rico, qui a subi coupures massives de courant, glissements de terrain et inondations. «Cela me fend le cœur», a réagi jeudi la cheffe de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.

En République dominicaine, le président Luis Abinader a déclaré l’état de catastrophe naturelle dans trois provinces de l’est.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires