Accident de train à Dudelange – Les boîtes noires aideront à comprendre l'accident
Publié

Accident de train à DudelangeLes boîtes noires aideront à comprendre l'accident

LUXEMBOURG - Comme à bord d'un avion, les boîtes noires du train de voyageurs accidenté doivent permettre de connaître les causes du drame de Dudelange.

On entend régulièrement parler des fameuses boîtes lorsqu'un avion s'abîme ou s’écrase, leur analyse aide à déterminer les causes d’un accident. Elles existent aussi à bord des trains, comme en témoigne la catastrophe du 14 février dernier à Dudelange. Les deux boîtes noires du train de voyageurs au sein duquel le conducteur a été tué ont été retrouvées à quelques jours d'intervalle.

Celle qui se trouvait à l'arrière a été localisée assez rapidement, tandis que celle située à l'avant du train a nécessité plusieurs jours de recherche. L'impact s'est situé à l'avant et a été violent, puisque le train s'est disloqué, d'où les difficultés pour les experts et les enquêteurs de mettre la main dessus. Le système d'enregistrement numérique, baptisé ATESS, prend en compte une quantité importante de paramètres. Chaque action du conducteur (commande de freinage...), ainsi que les aspects signalisation (contrôle de vitesse...), sont mémorisés sur une cassette numérique (mémoire flash) permettant leur analyse sur un ordinateur de bureau.

Si le train accidenté était équipé de deux boîtes noires, ce n'est pas un hasard. «Elles sont situées à l'avant et à l'arrière car il y a un poste de conduite de chaque côté. Elles donnent les mêmes informations, mais selon le poste de pilotage actif, outre la vitesse, le système enregistrera les manipulations du conducteur», précise Mike Van Kauvenbergh, chargé de communication aux CFL.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Ton opinion