Crise grecque – Les Bourses européennes dans le rouge
Publié

Crise grecqueLes Bourses européennes dans le rouge

Les Bourses européennes évoluaient en nette baisse lundi matin à l'ouverture, toujours inquiètes de la situation politique en Grèce en dépit de l'accord conclu dimanche soir.

Vendredi, les places européennes et américaine s'étaient déjà repliées. (AFP)

Vendredi, les places européennes et américaine s'étaient déjà repliées. (AFP)

Après avoir ouvert en recul, les places financières creusaient leurs pertes dans les premiers échanges, avec en tête Madrid qui décrochait de 3,30% peu avant 9h30. À la même heure, la Bourse de Paris affichait reculait de 2%, Francfort de 1,93%, Londres de 1,09% et Milan de 2,55%. Seule Athènes a ouvert en hausse de 2,4%. En Asie, les places financières sont restées prudentes après l'accord trouvé en Grèce entre les deux formations politiques. Tokyo a terminé lundi en baisse de 0,39%, Hong Kong de 0,83% et Shanghai de 0,73%. Vendredi, les places européennes et américaine s'étaient déjà repliées sur fond d'incertitudes sur le vote de confiance au gouvernement grec, et sur la capacité de l'Italie à sortir indemne de la crise de la dette européenne.

«La politique en zone euro continue de dominer (les marchés). Le nouveau gouvernement de coalition va faire gagner du temps à la Grèce, mais les risques politiques sont toujours élevés», notaient les analystes de Crédit Agricole CIB. L'accord trouvé tard dimanche sur un gouvernement d'unité nationale en Grèce est «une évolution positive», notaient les experts de Barclays Capital, mais aussi «ce que le marché attendait». «Ce qui comptera plus pour les marchés dans un futur proche ce sont les résultats relativement décevants du G20», ajoutent-ils.

Le Premier ministre Georges Papandréou a obtenu de justesse le vote de confiance vendredi soir lançant le coup d'envoi de tractations politiques intenses tout le week-end. Les deux principaux partis grecs sont finalement parvenus à un accord dimanche soir pour former un gouvernement d'unité nationale, Georges Papandréou s'engageant à démissionner. Des élections anticipées ont en outre été fixées au 19 février.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion