Logement – Les Brasseries Henri Funck vont se repeupler

Publié

LogementLes Brasseries Henri Funck vont se repeupler

LUXEMBOURG - D'ici 2015, la rue de Neudorf devrait s'enrichir d'un nouveau petit quartier dans les anciennes Brasseries Henri Funck.

Une centaine de logements devraient voir le jour d'ici 2015 sur les 11 400 m2 des Brasseries Funck.

Une centaine de logements devraient voir le jour d'ici 2015 sur les 11 400 m2 des Brasseries Funck.

Editpress

Sur la route de Neudorf, à Luxembourg-Ville, la passerelle qui enjambe la chaussée reliant les anciennes Brasseries Henri Funck, à un hôtel, devrait bientôt disparaître. Après des décennies d'un terrain en friches, un plan se prépare pour les bâtiments désaffectés. À l'automne dernier, le groupe belge Atenor, présent au Luxembourg, rachète site et projet à l'ancien propriétaire. Et entend y mener un projet immobilier baptisé Les Brasseries de Neudorf.

Pas question toutefois d'y ériger de nouvelles Rives de Clausen avec sa foule de bars, de nuisances sonores et de trafic. «Ce n'est pas notre intention», affirme Hugues Lermusiaux, project manager pour Atenor. «Les Rives existent déjà. Et le site s'y prête d'autant moins qu'il est situé dans une zone résidentielle», ajoute-t-il.

Atenor attend le feu vert de la capitale

À la place, 1 600 m2 de commerces de proximité: épicerie, librairie, coiffeur… une place centrale et des espaces verts devraient voir le jour. Le reste des 11 400 m2 seront consacrés à la création d'une centaine de logements. De différentes tailles, pour respecter le souhait de mixité des riverains. Le nombre de parkings réglementaires est aussi prévu.

Mais pour l'instant, Atenor attend le feu vert de la capitale. L'entreprise espère pouvoir assainir le site après les congés du bâtiment. La passerelle devra partir, trop instable. Mais d'autres éléments seront gardés. Si tout se passe comme prévu, les travaux débuteront au premier trimestre 2013 pour s'achever fin 2014. L'entreprise pense dépenser 40 millions d'euros de budget global pour Les Brasseries.

Séverine Goffin

Ton opinion