Chiffres de la délinquance – Les cambrioleurs n'ont pas chômé en 2013
Publié

Chiffres de la délinquanceLes cambrioleurs n'ont pas chômé en 2013

LUXEMBOURG - Alors que 2012 avait été marquée par un recul des vols dans les habitations, la tendance s'est inversée en 2013, selon les chiffres présentés mercredi par la police grand-ducale.

Découvrez l'infographie complète en bas de cet article.

Découvrez l'infographie complète en bas de cet article.

+5,5% en un an pour les infractions constatées, +7,5% en prenant en compte les tentatives. Soit 236 cambriolages enregistrés en 2013. Après une baisse en 2012, le phénomène est reparti à la hausse, selon les chiffres officiels présentés mercredi par la police grand-ducale. Sans surprise, les auteurs cherchent avant tout à repartir les poches pleines. Résultat: ils s'attaquent en priorité aux maisons habitées (+19,6%), et donc potentiellement avec des objets de valeur, au détriment des demeures sans occupants (-10%). Selon la police, ce «ils» regroupe «majoritairement des non-résidents» qui réalisent leur forfait avant de repartir chez eux, que ce soit «dans les régions frontalières» ou «en Europe de l'Est».

Un phénomène qui dépasse donc les frontières du Grand-Duché et dont 215 auteurs ont été identifiés. 123 d'entre eux ont été interpellés. Les maisons ne sont pas les seuls biens dans le viseur des voleurs, puisque 162 véhicules ont été dérobés au cours de l'année passée. Dont six avec violences, notamment sous la menace d'une arme dans le cadre de «car-jacking» ou d'un «home-jacking». Un recours général à la violence lors des vols en hausse (+13,2%), mais réalisés principalement sans arme, les cambriolage armé étant en chute de 23,2%, selon les chiffres de la police. Au final, les «infractions contre les biens» représentent six faits de délinquance sur dix au Grand-Duché, ce qui a «un grand impact sur le sentiment d’insécurité du citoyen», selon les forces de l'ordre.

Un quart des délinquants arrêtés sont des femmes

Le recours à la violence touche également les «infractions contre les personnes», autrement dit les agressions. Et la première d'entre elles reste la violence conjugale. Un phénomène «en hausse constante depuis 2005» et qui a atteint 844 cas l'an passé, contre 801 en 2012. Une hausse de faits constatés qui ne s'est toutefois pas traduit par une recrudescence du nombre de mesures d'éloignement contre les auteurs des faits. 357 procédures ont été appliquées en 2013, soit autant qu'en 2012. Pour de ce qui est des violences sexuelles, le nombre de viols a également connu une recrudescence, avec 13 affaires recensées (+17,1% par rapport à 2012), contrairement aux attentats à la pudeur (-15,1%). L'ensemble des agressions enregistrées en 2013 correspond à un fait de délinquance sur cinq.

Le reste des procédures engagées concerne majoritairement des affaires de stupéfiants. Présentée comme «une priorité policière au même titre que la lutte contre les cambriolages», cette délinquance a fait l'objet de 3 222 affaires au cours de l'année écoulée, en hausse de 24,7% par rapport à 2012. Un chiffre toutefois à nuancer puisque le nombre de contrôles effectués dans ce domaine a également augmenté. Les plaintes des riverains de la rue de Strasbourg, à Luxembourg-Ville, ayant notamment amené à un renforcement des patrouilles dans ce secteur. Enfin, près de neuf délinquants sur dix (89,4%) interpellés sont majeurs, un quart sont des femmes et quelque 39% sont de nationalité luxembourgeoise, selon les données de la police. Le taux d'élucidation des affaires est de 44%. Au total, 39 957 pénaux ont été enregistrés en 2013, soit près de 110 tous les jours.

Jmh/L'essentiel

Ton opinion