Eruption en Islande - trafic aérien – Les cendres peuvent arrêter les moteurs

Publié

Éruption en Islande - trafic aérienLes cendres peuvent arrêter les moteurs

Les cendres crachées par les volcans constituent un risque majeur pour les avions. Elles peuvent endommager les moteurs et réduire à néant la visibilité, ce qui a conduit à fermer jeudi de nombreux aéroports européens.

Un nuage de cendres volcaniques paralyse le ciel de l'Europe.

Un nuage de cendres volcaniques paralyse le ciel de l'Europe.

dr

Au cours des vingt dernières années, 80 cas d'avions pris dans des nuages de particules volcaniques ont été recensés : les cendres ont failli entraîner la perte de deux Boeing 747, avec près de 500 personnes à leur bord, et ont endommagé vingt autres appareils, avec des coûts de réparation atteignant des centaines de millions de dollars, selon des experts.

«La cendre volcanique dans la haute troposphère, où volent les avions commerciaux, peut causer une panne de moteur, endommager les pales des turbines ou les sondes électroniques pitot, pouvant provoquer la perte de l'appareil et des morts», selon le journal spécialisé Natural Hazards. Le trafic passager augmentant de 5% par an dans le monde, «le caractère imprévisible des éruptions volcaniques peut faire de ce nouveau risque volcanique une menace significative», ajoutaient des experts de Norvège et d'Australie dans cette revue de 2009.

«La menace pour l'aviation est évidente», a déclaré jeudi à Kjetil Toerseth, responsable des questions de pollution à l'Institut norvégien de recherche aérienne. «La poussière peut arrêter les moteurs, mais elle peut aussi seulement les endommager, et il faut alors faire une vérification complète des moteurs si on sait qu'on a traversé un nuage de cendres. Étant donné les coûts, cela signifie qu'il faut tout faire pour éviter les nuages de cendres», a-t-il ajouté.

80 millions de dollars pour quatre moteurs

Pour renseigner l'aviation internationale sur la position et les mouvements de ces nuages, des «Centres de conseil sur les cendres volcaniques» ont été installés dans des instituts météorologiques de neuf régions du monde. Le premier cas largement documenté avait été celui d'un vol de la British Airways en 1982, au moment de l'éruption du volcan indonésien Galunggung.

L'ensemble des réacteurs de l'avion avaient perdu toute leur puissance pendant la traversée d'un nuage de cendres. Il avait fait une chute de plus de 4 000 mètres avant avant de toucher une nappe d'air non polluée, ce qui avait pu permettre à ses moteurs de redémarrer. L'appareil avait finalement réussi un atterrissage d'urgence à Jakarta, malgré un pare-brise devenu totalement opaque sous l'action des cendres.

En 1989, un avion assurant le vol KLM 747 entre Amsterdam et Anchorage en Alaska, s'était retrouvé dans un nuage de cendres issu du volcan Redoubt, à 177 km d'Anchorage, malgré les systèmes d'alerte prévus, ce qui avait entraîné une perte de puissance des moteurs. Il avait cependant pu atterrir à Anchorage, mais le remplacement des quatre moteurs endommagés avait coûté 80 millions de dollars.

lessentiel.lu avec AFP

Les éruptions volcaniques peuvent aussi avoir des influences sur le climat.

Les nuages de cendres peuvent persister «quelques mois, même jusqu'à un an» à plus de 18 km d'altitude, bloquant le rayonnement solaire, avec un impact sur la température au sol, a précisé Yves Tourre, chercheur sur la dynamique du climat à Météo France.

Ton opinion