Résultats 2020 – Les CFL maintenus sur la bonne voie pendant la crise

Publié

Résultats 2020Les CFL maintenus sur la bonne voie pendant la crise

LUXEMBOURG - Malgré une activité de fret impactée par la crise, les CFL ont su limiter la casse en 2020.

Sur les 92,5 millions d’euros d’investissement en infrastructures et appui aux services, 57,7 millions vont dans des automotrices neuves.

Sur les 92,5 millions d’euros d’investissement en infrastructures et appui aux services, 57,7 millions vont dans des automotrices neuves.

Les trains des CFL ont transporté l’an passé 14,5 millions de voyageurs. Un trafic ralenti par la crise sanitaire, le rail luxembourgeois ayant vu passer 25 millions de passagers en 2019, un record, selon un bilan présenté lundi. «Nos activités ont été fortement impactées par la crise, tant au niveau des voyageurs que du fret, ou des projets d’infrastructures. Il a fallu s’adapter, replanifier et on a réussi à assurer la continuité de l’ensemble de nos services», constate Marc Wengler, directeur général de la compagnie ferroviaire nationale.

La gratuité des transports publics introduite au 1er mars 2020 n’a pas eu d’effets sur les résultats financiers, l’opérateur prestant un service public supporté par l’État. Mais pour le fret, où l’activité a connu un recul important de mars à juillet avant une reprise au dernier trimestre, le chiffre d’affaires a reculé de 5,8 % pour un résultat net de 0,8 million d’euros.

Meilleure ponctualité

«Les fondements stratégiques ont joué en faveur de ce bon résultat, assure Marc Wengler. On a une belle diversité de services, et aussi une diversité géographique avec des filiales dans six pays. On s’est spécialisés dans le sur-mesure et la valeur ajoutée». Au final, le groupe affiche un résultat net à 4,6 millions d’euros en 2020 contre 5,3 millions en 2019 (hors transactions immobilières exceptionnelles).

Autre satisfaction, le taux de ponctualité progresse, à 94,5% en 2020 (+ 4,5%), fruit «d’horaires améliorés d’un point de vue conceptuel, d’une meilleure fiabilité du matériel roulant et des infrastructures et d’un suivi de plus en plus intensif des statistiques de ponctualité». Mais aussi, concède Marc Wengler, d’une meilleure fluidité l’an passé, car il y avait moins de voyageurs.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion