Omnisports – «Les champions se font ou se défont entre 8 et 16 ans»

Publié

Omnisports«Les champions se font ou se défont entre 8 et 16 ans»

Directeur du Sportlycée depuis qu'il a été créé en 2012, Raymond Conzemius pose son regard sur le sport luxembourgeois.

Raymond Conzemius appelle à mieux former les entraîneurs.

Raymond Conzemius appelle à mieux former les entraîneurs.

«L'essentiel»: Comment jugez-vous la hausse annoncée du budget des sports de 29,5 millions d'euros en 2019 à 39 millions en 2023?

Raymond Conzemius: Cela fait longtemps qu'il n'y a pas eu une telle hausse. Nous en sommes tous ravis, même si le concept intégré du Comité olympique et sportif luxembourgeois exigerait bien plus.

Comment rendre le financement plus efficace?

Il faudrait réunir tous les acteurs comme cela a été fait dans la culture avec un plan de développement. Et définir un budget en fonction.

De nombreux outils ont été créés (Sportlycée, Lihps...) mais sont-ils bien articulés?

C'est le côté intégré qui manque. La cohérence entre les acteurs. Mais des efforts sont réalisés en ce sens.

Que faudrait-il changer?

Il faut appliquer le concept du développement à long terme de l'athlète (LTAD) et il est urgent d'améliorer la qualité des entraîneurs et leur formation. Dès les crèches, à l'école primaire, en clubs... C'est une fonction mal reconnue, mal rémunérée. En musique, aucun professeur n'est pas formé. En sport si. On a construit la maison à l'envers.

Le subside Qualité+ poursuivait cet objectif...

Ce sont les clubs bien organisés qui en bénéficient. Trois millions d'euros de plus dans le sport c'est bien, mais il faut que les jeunes en profitent sur le terrain. Or, l'utilisation de l'argent dépend de la politique des clubs.

Pourquoi faut-il surtout cibler les plus jeunes?

C'est la base de la pyramide. On parle du Sportlycée, mais les jeunes y entrent à 12-13 ans. C'est entre 8 et 16 ans que les champions se font ou se défont. Parfois, les coaches n'ont pas une vision à long terme.

(Recueilli par Nicolas Martin/L'essentiel)

Déjà 1 215 élèves depuis sept ans

Le Sportlycée scolarise près de 400 élèves à l'Institut national des sports à Luxembourg-Ville. Né en 2012, il en a déjà accueilli 1 215, comme Bob Jungels ou Sarah De Nutte. Mais à ce jour il encadre aussi 1 200 sportifs dans les centres de formation de 18 fédérations. Dans ces disciplines, près de 80 % des sportifs qui intègrent les cadres du Comité olympique et sportif luxembourgeois sont issus du Sportlycée.

Ton opinion