Luxembourg – Les chantiers freinés par la vague Omicron?
Publié

LuxembourgLes chantiers freinés par la vague Omicron?

LUXEMBOURG - La diffusion du virus pose davantage de problèmes sur les chantiers du pays que le CovidCheck.

Les infections impactent, en cascade, les différents corps de métier. Les plannings sont redéfinis.

Les infections impactent, en cascade, les différents corps de métier. Les plannings sont redéfinis.

AFP

Absences, retards, arrêts maladie: à l'aube de la mise en place du CovidCheck obligatoire en entreprise le 15 janvier, la Fédération des artisans s'était inquiétée du risque de désorganisation des entreprises. D'autant que la main-d'œuvre manque.

Le régime 3G (vacciné, testé, guéri) a viré au casse-tête pour Adrian, qui chapeaute une quarantaine de ferrailleurs du bâtiment venus d’Europe de l’Est, dont une quinzaine refusent le vaccin, comme beaucoup dans leur pays d'origine. «Un soir, ils étaient en retard pour les tests à cause des bouchons. Ils ont dû y retourner le matin et sont arrivés à 9h au lieu de 7 au travail. Si on ne travaille que six heures par jour et qu’on doit payer plus de 400 euros de tests par mois, cela ne va pas durer. Ils ont souvent une famille à nourrir là-bas. Si cela continue, ils seront bientôt partis».

«Repenser les plannings ou s'appuyer sur l'intérim»

De quoi freiner les chantiers? Plutôt «un cas isolé», estime Olivier Guénon, de la Compagnie luxembourgeoise d’entreprises (CLE). Plus que le CovidCheck, ce sont les absences pour des cas de Covid qui inquiètent. S'il refuse encore de parler de retards, le responsable qualité, sécurité et environnement admet «qu'il ne faudrait pas que cette vague dure trop longtemps».

Face aux sous-effectifs, organiser un chantier relève du «gymkhana». Il faut s'adapter, «repenser les plannings ou s'appuyer sur l'intérim». Une fois la vague passée, il faudra accélérer. La société Félix Giorgetti disait aussi récemment avoir vu doubler son personnel arrêté à cause du Covid. Dans le secteur, certains avancent un autre souci, des sociétés qui se diraient très impactées, surtout pour justifier des retards.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion