Crash à Malte – Les cinq tués seraient des agents de la DGSE

Publié

Crash à MalteLes cinq tués seraient des agents de la DGSE

MALTE/LUXEMBOURG - L’équipage qui a trouvé la mort dans le crash d’un avion lundi à Malte serait directement lié la Direction générale française de la sécurité extérieure.

Si tout laisse à croire que le crash est dû à un incident technique, plusieurs témoins ayant confirmé qu’il n’y avait eu aucune explosion avant l’impact, nos confrères du Point indiquent que pour plusieurs sources militaires française, «le contexte opérationnel incite à la circonspection, dès lors que l’appareil décollait pour une mission au-dessus de la Libye».

L’hebdomadaire croit aussi savoir que les cinq Français tués avaient tous des liens avec les services de renseignement français. Les deux pilotes, employés par la société CAE Aviation, basée au Findel, étaient de jeunes retraités de GAM 56, l’unité aérienne de la DGSE tandis que les trois passagers appartenaient, eux, directement à la DGSE, indique Le Point sur son site Internet.

Deuxième opérateur mondial

Pourquoi une société basée au Luxembourg effectuerait-elle des missions pour les services de renseignement français? L’hebdomadaire indique que l’armée française et la DGSE n’ont pas les moyens de se payer ce type d’avions. Il n’est en outre pas rare que d’anciens agents se reconvertissent dans le renseignement «privé» et que l’État français - qui leur fait toute confiance – fassent appel à leurs services.

CAE Aviation est ainsi, selon Le Monde, le deuxième opérateur mondial pour les services de reconnaissance et de surveillance et compte parmi ses clients l'OTAN et l'UE. À noter, en outre, que le fondateur de CAE Aviation, Bernard Zeler, a crée en 2013 le premier centre européen de chute libre réservé aux militaires et aux services de renseignement dans l'Allier, dans le centre de la France.

(L'essentiel)

Ton opinion