Musique – Les clips de Prince sur YouTube, son ex-ennemi

Publié

MusiqueLes clips de Prince sur YouTube, son ex-ennemi

Un an après le décès de Prince, ses clips sont disponibles sur YouTube, plateforme à laquelle il s'était opposé jadis.

Prince lors d'un concert en 1985.

Prince lors d'un concert en 1985.

Les vidéos de certaines de ses chansons les plus célèbres, dont «When Doves Cry» et «Let's Go Crazy», sont désormais accessibles sur un compte YouTube officiel. D'autres devraient suivre. Arrivé tôt sur Internet, Prince en était ensuite devenu un critique acerbe, accusant l'accès gratuit et de plus en plus facile à la musique en ligne de siphonner les revenus des artistes. Le musicien avait même embauché une équipe chargée de détecter et d'éliminer toutes les vidéos de lui, même de courts extraits filmés et mis en ligne par des fans.

Interrogé peu avant sa mort sur cette position catégorique, Prince avait écrit un message sur Twitter, ensuite rapidement effacé: «Puisque YouTube ne reverse pas équitablement de droits, est-ce qu'il ne s'agit pas d'une question absurde?».
Prince Rogers Nelson est mort le 21 avril 2016, à 57 ans, d'une overdose d'analgésiques. Depuis son décès, sa famille tente de multiplier les sources de revenus, expliquant avoir besoin de ces fonds pour protéger et entretenir son vaste patrimoine.

Nouvelle édition de «Purple Rain» depuis juin

Sa maison de disques Warner Brothers Records a sorti en juin une nouvelle édition de son album culte de 1984, «Purple Rain», enrichi d'enregistrements inédits, qui a bondi jusqu'à la quatrième place du dernier classement hebdomadaire des meilleures ventes Billboard. Et ses chansons sont accessibles depuis plusieurs mois sur les principales plateformes d'écoute de musique en ligne, comme Spotify.

Le rappeur américain Jay-Z, dont la plateforme de streaming Tidal était jusque-là la seule autorisée à diffuser la musique de Prince, a d'ailleurs des mots très durs pour les administrateurs de ses biens sur son dernier album, «4:44». «Vous, bâtards cupides, avez vendu des tickets pour entrer chez lui/Je suis surpris que vous n'ayez pas mis son cercueil aux enchères», assène-t-il.

(L'essentiel/nxp/afp)

Ton opinion